Le système de Ryanair qui impose à tous les employés de la compagnie, où qu'ils soient basés, de travailler à partir d'un contrat irlandais, a été mis à mal par la Cour de justice européenne. La semaine dernière, elle a donné officiellement la po...

Le système de Ryanair qui impose à tous les employés de la compagnie, où qu'ils soient basés, de travailler à partir d'un contrat irlandais, a été mis à mal par la Cour de justice européenne. La semaine dernière, elle a donné officiellement la possibilité aux salariés de contester la légalité de ce contrat devant les tribunaux du pays où ils travaillent. Par exemple, en cas de litige, les employés basés à Charleroi pourront se tourner vers la loi belge, plus favorable que la loi irlandaise en termes de droit du travail. Une vraie victoire pour les syndicats. Vendredi soir, la compagnie annonçait, au nom de la défense de la ponctualité, la suppression de 40 à 50 vols par jour sur les 2.500 qu'elle effectue quotidiennement. Depuis, c'est le tollé dans toute l'Europe face à ces vols annulés en dernière minute que Ryanair a, apparemment, très mal anticipés et pour lesquels l'information n'est pas simple à trouver. En fait, Ryanair fait face à une pénurie de pilotes et de personnel navigant suite à un changement de la législation irlandaise. Ils doivent épuiser leurs congés avant le 31 décembre au lieu du 31 mars... Là aussi, après un été record, la compagnie semble avoir mal anticipé le problème. Par Xavier Beghin