"Who is John Galt ? " Cette question, connue de presque tous aux Etats-Unis, ouvre le grand roman d'Ayn Rand, Atlas Shrugged, vendu à des millions d'exemplaires. Soixante ans après sa parution, en 1957, il figure encore souvent en tête des best-seller...

"Who is John Galt ? " Cette question, connue de presque tous aux Etats-Unis, ouvre le grand roman d'Ayn Rand, Atlas Shrugged, vendu à des millions d'exemplaires. Soixante ans après sa parution, en 1957, il figure encore souvent en tête des best-sellers d'Amazon. Sous le titre La Grève, il vient d'être publié pour la première fois en poche en France, aux éditions des Belles Lettres, dans la très bonne traduction de Sophie Bastide-Foltz. Nous sommes aux Etats-Unis dans les années 1950. Le pays s'enfonce insensiblement dans une forme de dépression économique et morale. Une poignée d'entrepreneurs luttent contre l'étatisme généralisé, le torrent de réglementations qui déferle de Washington. Menés par un mystérieux ingénieur, ils vont se réfugier dans un sanctuaire du Colorado. Ils y fomentent une grève, lassés de porter seuls tout le poids du pays comme Atlas porte le monde sur ses épaules - le titre original signifie littéralement " Atlas haussa les épaules ". Roman d'énigme, philosophique, politique, La Grève est un livre d'une rare ampleur - plus de 1.000 pages, avec des dizaines d'intrigues secondaires. Ayn Rand a beau n'avoir jamais travaillé en entreprise, elle décrit à merveille le monde des affaires dans cette grande fable du capitalisme.