Situation quelque peu délicate pour le nouveau groupe Ahold-Delhaize. La fusion entre les deux distributeurs est aujourd'hui effective partout sauf... en Belgique, où le processus est momentanément bloqué. En cause : le fait que le groupe ne parvient pas à trouver acquéreur pour les huit points de vente Albert...

Situation quelque peu délicate pour le nouveau groupe Ahold-Delhaize. La fusion entre les deux distributeurs est aujourd'hui effective partout sauf... en Belgique, où le processus est momentanément bloqué. En cause : le fait que le groupe ne parvient pas à trouver acquéreur pour les huit points de vente Albert Heijn (l'enseigne d'Ahold) que l'Autorité belge de la concurrence lui enjoint de céder afin d'éviter tout problème de position dominante. Ces huit magasins sont en fait situés à proximité immédiate de supermarchés Delhaize. D'après le Standaard, qui publiait l'information en début de semaine, ni Carrefour, ni Colruyt ne seraient intéressés par la reprise de ces magasins. " C'est une question de symbole, estime Pierre-Alexandre Billiet, directeur de la revue professionnelle Gondola. Aucun n'est pressé de faciliter la tâche d'un distributeur aussi agressif sur le marché. " Cela fait effectivement presque un an que ces huit magasins sont en vente. Le personnel, lui, commence sérieusement à s'inquiéter. Comment débloquer la situation ? " S'il n'y a pas d'acquéreur et qu'Ahold-Delhaize parvient à démontrer à l'Autorité de la concurrence qu'il a bien respecté le processus de vente, il se pourrait que le groupe ferme tout simplement ces magasins ", avance Alan Vandenberghe, analyste chez KBC Securities. " Plus le temps passe, plus le prix baisse, relève pour sa part Pierre-Alexandre Billiet. Et il y a bien d'autres distributeurs sur le marché. " En attendant, Delhaize et Albert Heijn restent concurrents sur notre territoire. J.L.