Est-ce le début de la fin du saupoudrage à la wallonne? Le gouvernement d'Elio Di Rupo a effectué un fameux travail d'élagage pour ramener son plan de relance de 319 à.... 42 mesures, retenues pour leur capacité à "maximiser les retombées positives du Plan". Les moyens humains et budgétaires (2,5 milliards) y seront affectés en priorité.
...

Est-ce le début de la fin du saupoudrage à la wallonne? Le gouvernement d'Elio Di Rupo a effectué un fameux travail d'élagage pour ramener son plan de relance de 319 à.... 42 mesures, retenues pour leur capacité à "maximiser les retombées positives du Plan". Les moyens humains et budgétaires (2,5 milliards) y seront affectés en priorité. Cette opération résonne comme une sorte de mea culpa de la part d'un exécutif critiqué de toutes parts pour le côté "catalogue touffu" de son plan de relance initial. Rectifier le tir plutôt que s'entêter dans l'erreur, c'est déjà une bonne chose. Mais au-delà, trois éléments nous invitent à regarder ce plan de relance d'un oeil bienveillant. Tout d'abord, la manière dont il a été réécrit ou plutôt, comme les protagonistes se plaisent à le dire, dont il est "co-construit" avec les partenaires sociaux (UWE, UCM, FGTB et CSC) et Inter-Environnement. "Il ne s'agissait pas de coller côte à côte trois paquets de mesures pour faire plaisir à nos bancs respectifs, mais de dépasser nos divergences pour nous demander chaque fois si telle mesure permet de relancer durablement la Wallonie", a commenté le secrétaire général de la FGTB wallonne Jean-François Tamellini. L'idée est bien entendu que tous ces organismes relaient ensuite l'action de relance et créent ainsi un élan, à défaut d'avoir "le récit mobilisateur" qu'appelaient de leurs voeux l'économiste Bruno Colmant et le secrétaire d'Etat fédéral à la Relance Thomas Dermine dans un entretien croisé à L'Echo. Ensuite, il y a la présence de la formation parmi les quatre axes autour desquels s'articuleront les stratégies de relance. La formation et plus largement les politiques de l'emploi étaient en effet les grandes oubliées des Plans Marshall successifs. Or, sans le développement de la formation en alternance, sans la promotion des filières STEAM ou sans la lutte contre les métiers en pénurie (pour reprendre trois des mesures retenues), le redressement de la Wallonie butera toujours sur le manque de main-d'oeuvre. Rappelons en outre que le plan fédéral prévoit d'affecter également 150 millions d'euros à la formation, en ce compris la création de la Biotech School de Gosselies. Enfin, il y a la mise en oeuvre des mesures. L'accord passé entre le gouvernement et ses partenaires prévoit la définition d'indicateurs de performance, afin de "quantifier les retombées" des projets, en termes d'emplois, de compétitivité et d'impact sur l'environnement. L'évaluation des politiques publiques s'est souvent limitée à une analyse comptable (les budgets prévus ont bien été octroyés), sans guère tenir compte de l'impact effectif des mesures. Ici, l'intention semble bien d'analyser ces impacts pour intensifier les mesures les plus efficaces et rectifier, voire abandonner les autres. L'avenir dira si la méthode de co-construction facilite les réorientations courageuses ou si, au contraire, elle conduit à de grands et paralysants marchandages entre les partenaires.