Ce leader suédois sur le marché de la téléphonie mobile et du téléservice aux séniors traverse une période difficile. L'action de Doro AB s'échange actuellement plus de 35 % sous le sommet d'avril 2016. La croissance du groupe a ralenti l'an dernier en conséquence des problèmes rencontrés dans son segment Doro Care, après une plainte, finalement rejetée, déposée par un concurrent suédois contre SKL, l'organe public responsable de l'accord-cadre avec les fournisseurs pour la numérisation des systèmes d'alarme personnels.
...

Ce leader suédois sur le marché de la téléphonie mobile et du téléservice aux séniors traverse une période difficile. L'action de Doro AB s'échange actuellement plus de 35 % sous le sommet d'avril 2016. La croissance du groupe a ralenti l'an dernier en conséquence des problèmes rencontrés dans son segment Doro Care, après une plainte, finalement rejetée, déposée par un concurrent suédois contre SKL, l'organe public responsable de l'accord-cadre avec les fournisseurs pour la numérisation des systèmes d'alarme personnels. En 2015, Doro Care avait dégagé un chiffre d'affaires (CA) de 171,4 millions de couronnes suédoises (SEK). Ce chiffre est passé en 2016 à 210,1 millions, mais comprenait environ 45 millions de Trygghetssentralen, rachetée en avril, la plus grande société norvégienne active dans l'assistance à distance aux séniors. Cela dit, le segment Téléphonie rencontre lui aussi plusieurs difficultés. Doro AB a perdu un important client dans le segment inférieur des téléphones fixes et au second semestre, il a été confronté à un sensible repli en Amérique du Nord. Le groupe a dès lors été contraint d'abaisser pour la deuxième fois ses prévisions de bénéfice 2016 en décembre, et son directeur, Arnaud, a dû céder sa place à l'expérimenté Robert Puskaric. L'an dernier, le CA de Doro AB a malgré tout progressé de 7,1 %, à 1,96 milliard de couronnes, mais si l'on considère les 29,8 millions de frais de restructuration, le bénéfice opérationnel (EBIT) a reculé de 95,2 à 47,7 millions de couronnes. Le bénéfice net par action a reculé de 2,78 à 1,33 couronne (-52 %). Le tableau est resté mitigé au premier semestre écoulé. Le CA du groupe a progressé au premier trimestre de 9,5 %, à 452,3 millions de couronnes, mais a faibli au deuxième trimestre de 5,8 %, à 446 millions. Après six mois, on note une progression de 1,3 %, à 898,3 millions de couronnes. Le CA de Doro Care s'est accru de 41,1 % grâce à Trygghetssentralen, à 139,7 millions de couronnes. Au deuxième trimestre, la croissance organique ressort à 7,7 % grâce à l'Allemagne, et la marge bénéficiaire s'est améliorée. Dans la Téléphonie, le CA a augmenté au premier semestre en Scandinavie (+15,1 %) et dans la région DACH (+24,5 %), mais on constate un recul dans les autres régions : l'Europe (-5,4 %), le Royaume-Uni (-8,3 %) et surtout l'Amérique du Nord (-62,8 %). Puskaric table en Amérique du Nord sur un démarrage progressif de la nouvelle offre, et oeuvre au niveau opérationnel sur une optimisation de la situation et une gestion stricte des liquidités. Au premier semestre, une sensible amélioration de l'EBIT en a résulté, de 13,5 à 36,4 millions de couronnes, ou une progression de la marge d'EBIT de 1,5 à 4,1 %. Le bénéfice net par action est passé de 0,3 à 1,21 couronne. Fin juin, le carnet de commandes totalisait 278,7 millions de couronnes (+1,8 % par rapport à l'an dernier). Les actionnaires de Doro figuraient dans le camp des perdants l'an dernier. Sous la nouvelle direction, nous prévoyons une amélioration progressive et un redressement du cours. La valorisation est intéressante, à 13,4 fois le bénéfice escompté cette année et selon un rapport valeur d'entreprise (EV)/ cash-flow opérationnel attendu de 6,6 fois pour 2017. Autour de 45 couronnes se trouve un soutien technique. Conseil : digne d'achat Risque : moyen Rating : 1B Paru sur initiedelabourse.be le 2 aoûtLe tableau est resté mitigé au premier semestre.