Dix-huit millions, c'est le nombre de Fiesta vendues depuis un peu plus de 40 ans et Ford entend bien conserver son leadership avec cette nouvelle génération. Côté style, la bouille de la citadine à l'ovale, si proche des productions Aston Martin, est toujours là, les phares s'étirent sur les ailes et la silhouette se reconnaît aux pare-brises et cap...

Dix-huit millions, c'est le nombre de Fiesta vendues depuis un peu plus de 40 ans et Ford entend bien conserver son leadership avec cette nouvelle génération. Côté style, la bouille de la citadine à l'ovale, si proche des productions Aston Martin, est toujours là, les phares s'étirent sur les ailes et la silhouette se reconnaît aux pare-brises et capot plongeants. Seule différence notable, les feux arrière désormais en position horizontale. Le changement se trouve à l'intérieur avec un habitacle totalement renouvelé. La forêt de boutons qui constellait la planche de bord cède la place à un écran tactile qui trône au sommet de la console centrale. Les lignes deviennent ainsi plus épurées et surtout, la qualité des matériaux fait un vrai bond en avant mais sans rejoindre toutefois le niveau des récentes concurrentes. Pour notre essai, nous avons choisi la Fiesta ST-Line Ecoboost de 140 ch à la suspension plus ferme. Techniquement, la plate-forme demeure identique à celle de sa devancière. Ce n'est pas un mal, tant l'ancienne mouture était louée pour ses qualités dynamiques. Pour autant, les ingénieurs ont sérieusement travaillé les trains roulants. La conduire sur routes sinueuses constitue un vrai régal. L'équilibre est parfait, le roulis contenu et le pompage absent. Un formidable châssis, digne d'une petite GTI. Le moteur séduit toujours par son tempérament et la boîte a le bon goût de ne pas se révéler trop longue. Ford a réussi à encore hausser le ton en termes de comportement routier et la Fiesta redevient sans conteste la référence en ce domaine. La Fiesta change aussi d'orbite en misant sur ses technologies d'aide à la conduite. Mais la petite Ford vaut avant tout par le plaisir qu'elle distille derrière le volant. Christophe