Vous aussi vous trouvez que les vols en classe éco relèvent de la torture lombaire ? Sans parler de la laideur des assises gris ciment, moches comme un parpaing. Airbus a pensé à vous, à nous. Certes, les sièges Move du bureau de design londonien Layer ne sont po...

Vous aussi vous trouvez que les vols en classe éco relèvent de la torture lombaire ? Sans parler de la laideur des assises gris ciment, moches comme un parpaing. Airbus a pensé à vous, à nous. Certes, les sièges Move du bureau de design londonien Layer ne sont pour le moment qu'un prototype mais il n'est pas interdit de rêver... Ce n'est plus un virage sur l'aile mais un grand looping que l'avionneur promet, à en juger par les fauteuils - que dire : les transats - conçus par l'équipe de Benjamin Hubert au terme de 18 mois de réflexion. Coloré, mince comme un écran à plasma, le Move, monté sur un cadre d'aluminium, est censé faire passer le transport aérien à l'ère du 3.0, y compris pour ceux qui ne voyagent pas en premium. Doté d'un tissu intelligent fait de laine de polyester et d'un fil conducteur intégré, l'objet prend en compte les mouvements et la température du passager pour lui apporter davantage de confort, le tout pilotable depuis une appli et un smartphone. Le siège comporte, par exemple, différentes zones de tension modulables pour offrir un meilleur soutien au corps. De quoi se réjouir de cette grande mue, à condition qu'elle devienne réalité.