Dix ans après l'Allemagne, la France a entamé, ce week-end, son processus de fermeture de 14 réacteurs nucléaires. Le principe est de faire passer la part du nucléaire dans...

Dix ans après l'Allemagne, la France a entamé, ce week-end, son processus de fermeture de 14 réacteurs nucléaires. Le principe est de faire passer la part du nucléaire dans le mix énergétique français de 75 à 50 % à l'horizon 2035. Le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim, située en Alsace, a été arrêté ce samedi. Le n°2 le sera au mois de juin. Fessenheim, la plus ancienne des centrales françaises mais, paradoxalement l'une des plus sûres de France, est la seule qui fermera complètement. Le démantèlement définitif n'est prévu que pour 2040 puisqu'il faudra compter cinq ans pour évacuer le combustible radioactif et 15 de plus pour abattre les bâtiments. Cette fermeture, décidée par François Hollande en 2011 et confirmée par Emmanuel Macron, est un désastre économique pour cette région du Haut-Rhin dont l'activité est très dépendante du nucléaire.