Le dimanche 1er octobre restera à jamais gravé dans l'histoire espagnole. Le référendum sur l'indépendance organisé par le gouvernement catalan a donné un résultat sans appel : 90 % de oui pour une participation de 42 %. Ma...

Le dimanche 1er octobre restera à jamais gravé dans l'histoire espagnole. Le référendum sur l'indépendance organisé par le gouvernement catalan a donné un résultat sans appel : 90 % de oui pour une participation de 42 %. Malgré tout, ce scrutin ne laisse entrevoir que des perdants. D'abord, le gouvernement espagnol qui s'est montré incapable, par voie légale, d'empêcher un référendum jugé anticonstitutionnel. Pire, dimanche, on a revu des scènes dignes de la guerre civile quand les policiers dépêchés par Madrid ont chargé des votants ou saisi violemment des urnes en faisant des centaines de blessés. Des images d'une violence inouïe ont fait le tour du monde et terni l'image de l'Espagne. Du côté des indépendantistes, certes, les résultats sont favorables mais ce référendum s'est déroulé dans des conditions (pas de commission électorale indépendante, etc.) qui jettent un doute sur ses résultats. Entre Madrid et Barcelone, le dialogue n'est pas près de reprendre, d'autant que Carles Puigdemont, le président catalan, a l'intention de proclamer l'indépendance de sa région sans traîner. Par Xavier Beghin