Après un mois de mise en jambes en terrasse, les restos sont désormais bel et bien ouverts. Et qu'est-ce que ça fait du bien de retrouver ses habitudes et de découvrir de nouvelles adresses! Comme Monsieur V, ouvert en décembre dernier en lieu et place de l'ancien Tire-Bouchon, au charmant square des Braves de Linkebeek, à la limite d'Uccle.
...

Après un mois de mise en jambes en terrasse, les restos sont désormais bel et bien ouverts. Et qu'est-ce que ça fait du bien de retrouver ses habitudes et de découvrir de nouvelles adresses! Comme Monsieur V, ouvert en décembre dernier en lieu et place de l'ancien Tire-Bouchon, au charmant square des Braves de Linkebeek, à la limite d'Uccle. Sur la devanture de son joli bistrot, Jan Verhaert a inscrit: "cuisine bistronomique". Pas besoin de dégainer ce concept un peu éculé. Disons plus simplement que le chef de 48 ans cuisine à l'instinct ce qui lui plaît et, du coup, ravit avec une cuisine gourmande, savoureuse, et généreuse. Né à Malines et formé à l'école hôtelière de Namur, Verhaert a fait une partie de sa carrière en France, notamment chez Bernard Loiseau ou à La Messardière à Saint-Tropez. Il est ensuite revenu au pays où il a bossé à La Maison du Cygne, alors étoilée, puis fut pendant cinq ans chef au Repos de la montagne à Uccle. Une sacrée expérience qui se ressent dans ses assiettes assurées. Brève et revue toutes les six semaines, la carte de Monsieur V (où l'on peut composer un menu trois services à 39 euros au rapport qualité- prix exemplaire) donne sacrément envie. On voyage ici entre propositions classiques à la française - comme avec ce pâté en croûte charcutier au cochon de chez Cuvry parfaitement exécuté (18 euros) ou cet irréprochable coucou de Malines, crémeux de vin jaune, morilles et asperges (29 euros) - et des plats plus ensoleillés qui fleurent bon la Méditerranée. Préparée comme un risotto et montée avec un coulis fèves-persil, sa fregola (24 euros) est un pur régal, avec des légumes de saison: fèves, asperges vertes, petits pois et artichauts. Tout comme le vitello tonnato (14 euros) en suggestion, préparé dans les règles de l'art et servi avec de beaux caprons et quelques asperges blanches. Que demander de plus? Un bon baba arrosé de rhum Don Papa (10 euros). Et une chouette bouteille, conseillée par l'avenant Florentin Peter Cresci, un ancien de chez Charlotte à Uccle: le trousseau du Jura du Domaine de l'Aigle à deux têtes (57 euros). C'est quand qu'on revient?