Le groupe d'assurance français Axa a mandaté BNP Paribas Fortis pour (enfin) trouver un acquéreur pour sa filiale bancaire belge, Axa Bank Belgium. Cela fait maintenant plusieurs années en effet que Paris essaye - en vain - de se séparer de ses activités bancaires en Belgique. Après de lon...

Le groupe d'assurance français Axa a mandaté BNP Paribas Fortis pour (enfin) trouver un acquéreur pour sa filiale bancaire belge, Axa Bank Belgium. Cela fait maintenant plusieurs années en effet que Paris essaye - en vain - de se séparer de ses activités bancaires en Belgique. Après de longues années de restructuration, l'enseigne compte aujourd'hui 550 agences (indépendantes), 800.000 clients et 850 collaborateurs. Avec un portefeuille de crédits évalué à 18 milliards d'euros et 17 milliards de dépôts d'épargne, elle revendique le rang de sixième banque sur le marché belge. De quoi en réalité la positionner dans de ce que l'on appelle la deuxième division bancaire en Belgique, c'est-à-dire ces établissements de taille moyenne coincés entre les quatre grands (BNP Paribas Fortis, Belfius, ING, KBC) et les acteurs de niche. Pas sûr, du coup, qu'un acquéreur belge se montrera intéressé par le rachat d'un tel réseau retail estimé à 500 millions d'euros. Bousculées par la digitalisation, les BNP et compagnie taillent en effet dans leurs agences et dans leurs effectifs, essayant de développer de nouvelles sources de revenus pour compenser la faiblesse des taux d'intérêt et la disparition de certaines commissions (MiFID). Quant aux établissements de plus petite taille, rien ne dit qu'ils aient les moyens ou l'envie de s'offrir une banque qui pèse plus lourd qu'eux. Si bien que la piste d'un repreneur étranger semble la plus probable.