Un premier pylône de télécommunications ayant été incendié à Pelt, dans le Limbourg, les enquêteurs redoutent de voir se développer dans notre pays une épidémie venue des Pays-Bas voisins où de nombreux mâts support...

Un premier pylône de télécommunications ayant été incendié à Pelt, dans le Limbourg, les enquêteurs redoutent de voir se développer dans notre pays une épidémie venue des Pays-Bas voisins où de nombreux mâts supportant des infrastructures délivrant de la 5G ont déjà été incendiés. Un retour aux sources, en quelque sorte. Pour le magazine américain Wired, en effet, les théories du complot qui fleurissent actuellement sur la Toile trouvent leur origine dans l'interview en début d'année d'un généraliste de Flandre qui, sans réel appui scientifique, établissait un lien entre l'éclosion du coronavirus et la construction à Wuhan, en Chine, d'un grand nombre de tours pour la 5G. Pour les scientifiques, la 5G constitue simplement une avancée technologique qui, avec des débits supérieurs et des temps de latence réduits, permet de multiplier par 10 le nombre d'objets connectés simultanément au réseau. En ces temps troublés, difficile de séparer sereinement le vrai du faux. A Pelt, en tout cas, les activistes se sont trompés de cible. Le mât victime ne relayait pas la 5G.