Il y a des tendances qui sont parfois étonnantes. On sait depuis quelques années que la Ville de Namur concentre 60% de l'offre d'appartements neufs de la province. Une répartition logique quand on se remémore les ambitions de la capitale wallonne et le profil des communes qui l'entourent. Une proportion qui peut interpeller quand on connaît la fièvre qui sévit aujourd'hui sur le segment des appartements neufs, même dans les petites entités. Reste que les derniers chiffres livrés en exclusivité pour Trends-Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners démontrent une autre tendance, qui est nouvelle celle-là : il n'y a pratiquement plus aucun appartement mis en vente dans des entités comme Gembloux, Eghezée, La Bruyère ou encore Fernelmont. Un pipeline quasi à sec. Une situation qui a d'indéniables conséquences sur le nombre d'appartements mis en vente dans toute la province, qui continue de diminuer. On dénombre actuellement 447 unités en cours de commercialisation. Le prix moyen d'un appartement neuf s'affiche à 231.390 euro...

Il y a des tendances qui sont parfois étonnantes. On sait depuis quelques années que la Ville de Namur concentre 60% de l'offre d'appartements neufs de la province. Une répartition logique quand on se remémore les ambitions de la capitale wallonne et le profil des communes qui l'entourent. Une proportion qui peut interpeller quand on connaît la fièvre qui sévit aujourd'hui sur le segment des appartements neufs, même dans les petites entités. Reste que les derniers chiffres livrés en exclusivité pour Trends-Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners démontrent une autre tendance, qui est nouvelle celle-là : il n'y a pratiquement plus aucun appartement mis en vente dans des entités comme Gembloux, Eghezée, La Bruyère ou encore Fernelmont. Un pipeline quasi à sec. Une situation qui a d'indéniables conséquences sur le nombre d'appartements mis en vente dans toute la province, qui continue de diminuer. On dénombre actuellement 447 unités en cours de commercialisation. Le prix moyen d'un appartement neuf s'affiche à 231.390 euros, pour une superficie moyenne de 86,5 m2. Il est en hausse de 6% en un an et de 21,5% en cinq ans. Une belle envolée. Dans la capitale wallonne, si plusieurs projets sont dans les cartons (notamment aux anciennes casernes via AG Real Estate et Thomas & Piron), ils ne se traduisent pas encore tous par l'obtention de permis d'urbanisme et donc de commercialisation. Si 60% du stock y est encore concentré avec 260 unités mises actuellement en vente, dans la lignée de ce que l'on retrouvait l'an dernier, le principal enseignement concerne la hausse importante des prix. Ils restent les plus élevés de la province et ont augmenté de 7,5% en un an. Soit une hausse de près de 17.000 euros pour un prix moyen qui s'affiche à 252.300 euros (superficie moyenne de 87 m2). " Il faut relever que les développements sont en recul en centre-ville par rapport à avril dernier (336), fait remarquer Lauren de Crombrugghe, du bureau de Crombrugghe & Partners. Ce qui peut expliquer la hausse importante des prix en un an. " Parmi les projets en cours de commercialisation, relevons La Clé des Champs (Matexi) à Bouge, la Résidence Coteau Sainte-Barbe (Besix Red) et Vue Verte (Immobel) à Namur, l'écoquartier de Belgrade (Thomas & Piron), la Résidence Fontaine des Prés à Salzinnes (Belfius Immo), les Jardins de Flawinne (Concept Confort) et le Domaine de Géronsart à Jambes (Immo 3D et Thomas & Piron) ou encore le Plateau d'Erpent (Thomas & Piron et Immobel). Pour le reste, quand on regarde les différents projets qui sont développés en dehors de Namur-Ville, l'enseignement le plus marquant est l'effondrement du stock dans la périphérie nord de Namur. Il n'y a plus que 14 unités en vente dans le cadre des projets Plouvinettes (Lixon) et Vendôme (Key Concept). Il y avait encore 114 appartements neufs à vendre il y a un an. Une situation liée à la volonté de certaines autorités communales de freiner actuellement le développement de projets, de manière à pouvoir fournir suffisamment d'équipements (écoles, centres sportif et culturel, etc.) à cette population nouvelle. Ajoutons que, de leur côté, Besix Red et Thomas & Piron espèrent toujours lancer d'ici peu leur important projet de revitalisation du quartier de la gare baptisé La Croisée des Champs, qui comptera plusieurs centaines de logements. Un peu plus bas, le district de la périphérie sud de Namur propose encore 91 appartements à vendre. Andenne concentre l'essentiel du stock via le Quartier des Tilleuls (Cobelba et Koeckelberg) et le Clos des Ours (Matexi). " Le Quartier des Tilleuls a permis de remettre Andenne sur la carte, note Lauren de Crombrugghe. Un nouveau souffle est maintenant attendu. " La croissance des prix est plus faible ces derniers mois, avec une hausse de 2% en un an mais reste importante si on se projette dans un horizon plus lointain (+ 15,5% en cinq ans), pour atteindre aujourd'hui un prix moyen de 2.400 euros/m2. Enfin, pour les communes situées au sud de la province, d'Yvoir à Vresse-sur-Semois et de Walcourt à Somme-Leuze, le stock d'appartements reste toujours bien faible. Pour le district de Namur Centre, les 62 appartements mis en vente se concentrent pratiquement à Ciney, dont notamment dans les Résidences Alexandrine (Thomas & Piron) et Les Villas des Cimes d'Immolux, de même que dans le projet Saint-Médard à Dinant. Les prix y connaissent une hausse de 19% en cinq ans.