Apple émet sa première obligation en dollar canadien

• Les entreprises technologiques sont très actives sur le marché obligataire. Tesla, Amazon et AT&T y ont déjà collecté de l'argent auprès d'investisseurs. Et Apple n'est pas restée les bras croisés. L'entreprise de Cupertino a recueilli 2,5 milliards de dollars canadiens (1,96 milliard USD) par le biais d'une obligation à sept ans afin de payer le rachat d'actions et financer la distribution de dividendes. Jamais un émetteur étr...

• Les entreprises technologiques sont très actives sur le marché obligataire. Tesla, Amazon et AT&T y ont déjà collecté de l'argent auprès d'investisseurs. Et Apple n'est pas restée les bras croisés. L'entreprise de Cupertino a recueilli 2,5 milliards de dollars canadiens (1,96 milliard USD) par le biais d'une obligation à sept ans afin de payer le rachat d'actions et financer la distribution de dividendes. Jamais un émetteur étranger n'avait encore procédé à une émission de cette ampleur en dollars canadiens. Selon les rumeurs, Apple escomptait au moins 1,5 milliard de dollars. L'objectif a donc été dépassé d'un milliard. L'entreprise techno propose un coupon de 2,513 %. Selon Bloomberg, ce serait 81,4 points de base de plus que la référence pour les obligations publiques. • C'est aussi la première fois qu'Apple émet une obligation dans la devise canadienne. C'est même la plus grande transaction en une seule tranche sur le marché " Maple " canadien. Ainsi sont dénommées les obligations en dollar canadien proposées par des entreprises étrangères. Un émetteur de la qualité et de la réputation d'Apple est une véritable bénédiction pour ce marché. • C'est en revanche la sixième fois qu'Apple fait appel au marché obligataire cette année. Le groupe avait déjà émis pour quelque 18 milliards USD d'obligations en trois tranches. Elle a aussi récolté 1 milliard USD à Taïwan, et procédé ensuite à des émissions en euro. À la publication des résultats, le 1er août dernier, Apple avait affirmé tabler sur un chiffre d'affaires compris entre 49 et 52 milliards USD pour le trimestre qui prendra fin en septembre prochain. Les prévisions moyennes des analystes se situaient dans le bas de cette fourchette. Ces perspectives (favorables) et l'augmentation du chiffre d'affaires d'autres produits et services que l'iPhone ont manifestement rassuré des analystes qui craignaient une stagnation de la demande d'iPhone à la veille du lancement du nouveau modèle. • S&P Global Ratings attribue une note AA + à la nouvelle obligation de l'entreprise californienne. HSBC, Royal Bank of Canada, Bank of Montreal et Goldman Sachs Group Inc. ont accompagné l'émission.