Comme chaque année, à la rentrée, Apple a dévoilé ses nouveaux smartphones. Rien de révolutionnaire. Aucun produit disruptif. Seule nouveauté ou presque : des iPhone dotés d'un écran plus grand. L'iPhone Xs Max sera par exemple doté d'un écran de 16,5 cm de large. Et alors ?

Chacun sait qu'un écran plus grand est synonyme d'un confort de lecture accru. N'est-il pas normal de répondre aux attentes des clients ? Oui, sauf que les écrans XXL ne sont pas là uniquement pour améliorer notre confort de lecture. En réalité, ils sont surtout conçus pour augmenter les profits de la firme à la pomme. Bien entendu, ce n'est pas la direction d'Apple qui nous l'avouera mais plutôt un article du Wall Street Journal.

Selon le quotidien financier américain, une étude du cabinet Kantar World Panel démontre que les propriétaires d'un iPhone avec un écran plus grand (iPhone 6 Plus, 6s Plus, 7 Plus, 8 Plus) utilisent deux fois plus d'applications que les propriétaires d'un iPhone avec un écran plus petit (iPhone 6, 6s, 7, 8). Mieux encore, selon cette étude, les heureux propriétaires d'un iPhone avec écran XXL sont deux fois plus nombreux à regarder des vidéos ou à jouer à des jeux. Quoi de plus normal : plus l'écran est grand, plus la mémoire du smartphone est performante et plus les graphiques sont détaillés. Et plus cela incite à la consommation. Bref, plus l'écran de notre smartphone est grand, plus nous passons du temps dessus et plus Apple monétisera notre temps.

Comment ne pas être admiratif d'une firme qui a réussi à avoir les volumes de production de Toyota mais avec la marge de Ferrari ?

N'oublions pas qu'Apple ne gagne pas seulement de l'argent en vendant des appareils (hardware) mais aussi via son magasin d'applications, le fameux App Store (software). La preuve ? Selon la banque américaine Morgan Stanley, Apple gagne environ 30 dollars par an et par iPhone grâce à son magasin d'applis. Faites le compte : 30 dollars par appareil alors qu'il y a actuellement 1,3 milliards d'appareils actifs estampillés Apple sur cette planète, c'est beaucoup d'argent en jeu. Si vous vous posiez la question de savoir pourquoi Apple est la première firme privée à valoir plus de 1.000 milliards de dollars à la Bourse de New York, vous avez la réponse. Enfin presque.

Car la valorisation d'Apple reste un mystère. D'abord, ce n'est pas le premier fabricant de smartphones, mais le troisième (derrière Samsung et le chinois Huawei). Ensuite, de l'avis même des experts, sur le plan technologique, d'autres smartphone sont supérieurs à l'iPhone et vendus à un prix plus modique. Alors, pourquoi cet engouement ? Steve Jobs a donné la réponse en son temps. Il a compris qu'il devait positionner sa marque comme une marque de luxe et en adopter les modalités de fonctionnement, y compris en organisant une rareté artificielle. L'iPhone n'est donc plus un smartphone, c'est d'abord un statut social. Exactement comme l'acheteur d'une Rolex n'achète pas l'heure mais une reconnaissance sociale. Voilà pourquoi avec 15 % de parts de marché, Apple arrive à accaparer 87 % des profits du secteur. Les uns y verront une aberration supplémentaire du capitalisme mondialisé ( L'Obs) et d'autres (votre serviteur) y verront le résultat d'une magnifique stratégie. Comment ne pas être admiratif d'une firme qui a réussi à avoir les volumes de production de Toyota mais avec la marge de Ferrari ?