Contrairement à ce que l'on pense, les offres illimitées de surf des opérateurs télécoms n'ont d'illimité que de nom. Tous imposent des limites dans le cadre d'une clause d'utilisation raisonnable. Pour l'internet fixe, elles fluctuent entre 500 Gb e...

Contrairement à ce que l'on pense, les offres illimitées de surf des opérateurs télécoms n'ont d'illimité que de nom. Tous imposent des limites dans le cadre d'une clause d'utilisation raisonnable. Pour l'internet fixe, elles fluctuent entre 500 Gb et 3 To. Pour le mobile, c'est, proportionnellement, encore plus bas: 25 Gb chez Base, 40 chez Telenet ou 50 chez Mobile Vikings. Une fois ces limites dépassées, le surf demeure possible mais à une vitesse très réduite. L'IBPT, le régulateur belge des télécoms, entend mettre fin, suite à de nombreuses plaintes, à l'usage abusif du terme "illimité". Si le problème n'est pas trop prégnant sur le fixe (2% des clients dépassent la limite), il est plus marqué sur le mobile où près de 10% des clients dépassent la clause d'utilisation raisonnable. Selon l'IBPT, il y a deux solutions. Soit l'illimité n'est plus de mise et l'opérateur est libre de fixer le plafond. C'est ce qu'a fait Orange en changeant son plan Go Unlimited en Go Extreme. Soit l'illimité reste de mise et dès lors, le régulateur impose des plafonds relevés: 3 To pour le fixe et 300 Gb pour le mobile. L'IBPT donne six mois aux opérateurs pour s'adapter à ces nouvelles lignes directrices avant d'éventuellement imposer des sanctions.