Quel est le moteur d'Angela Merkel? Qu'est-ce qui fait que cette fille de pasteur née dans l'ex-RDA, docteure en physique, surdouée des mathématiques, est un jour devenue chancelière d'Allemagne, la seule à avoir égalé Helmut Kohl en longévité avec ses quatre mandats successifs, soit 16 ans à la tête de la quatrième puissance économique mondiale? Ce qui fascine la jou...

Quel est le moteur d'Angela Merkel? Qu'est-ce qui fait que cette fille de pasteur née dans l'ex-RDA, docteure en physique, surdouée des mathématiques, est un jour devenue chancelière d'Allemagne, la seule à avoir égalé Helmut Kohl en longévité avec ses quatre mandats successifs, soit 16 ans à la tête de la quatrième puissance économique mondiale? Ce qui fascine la journaliste française du Monde Marion Van Renterghem, c'est que Merkel ne ressemble à aucun autre leader mondial. Plus que cela: elle est l'opposé total de beaucoup d'entre eux. Au contraire des Trump, Poutine, Bolsonaro, Erdogan, Orbán et autres populistes promoteurs des "faits alternatifs", Merkel opposerait en effet non seulement une manière de gouverner tournée vers le compromis, la séparation des pouvoirs, la stabilité et l'indépendance des institutions, mais aussi et peut-être surtout des valeurs: arrêt du nucléaire en 2011, accueil de plus d'un million de migrants et discours historique en 2015 (le fameux "Nous allons y arriver"), plan de relance européen inédit en 2020. Comme le rappelle la journaliste, Angela Merkel n'aura jamais fait de grandes promesses électorales mais aura agi dans toutes les crises traversées avec une rigueur, une pondération et - assez magnifique en politique - une morale qui vont manquer à ses concitoyens et concitoyennnes. Même si Marion Van Renterghem ne répond pas vraiment à son interrogation de départ sur les motivations de "Mutti" (Maman), comme on la surnomme, la journaliste réussit un beau portrait de la future ex-chancelière (son dernier mandat se termine cette année), rappelant combien cette femme discrète "n'aura jamais ménagé sa peine", comme elle l'a un jour dit à un journaliste lui demandait comment elle voulait que l'on se souvienne d'elle.