Des débuts prometteurs

A côté des célèbres marques qui étalaient leurs voitures sur des stands impressionnants au salon de l'auto cette année, on pouvait également trouver des projets innovants. Et belges. C'est le cas, par exemple, de la marque Addax Motors, une entreprise implantée dans la région de Courtrai. Créée en 2014, la marque flamande a lancé depuis septembre 2016 un véhicule 100 % électrique, dédié aux entretiens des parcs et communes. Malgré seulement quelques mois d'existence, les débuts sont pour le moins prometteurs. " La production est déjà complète jusque mars ", explique Daniel Kedzierski, administrateur de la jeune marque. Les clients sont assez variés. L'Ecole Internationale de Bruxelles, la commune de Mouscron, une société de leasing ou encore Citydepot, spécialisé dans la distribution urbaine en font par exemple partie. " L'objectif est d'atteindre les 150 véhicules vendus en 2017 et le double pour l'année suivante. A plus long t...

A côté des célèbres marques qui étalaient leurs voitures sur des stands impressionnants au salon de l'auto cette année, on pouvait également trouver des projets innovants. Et belges. C'est le cas, par exemple, de la marque Addax Motors, une entreprise implantée dans la région de Courtrai. Créée en 2014, la marque flamande a lancé depuis septembre 2016 un véhicule 100 % électrique, dédié aux entretiens des parcs et communes. Malgré seulement quelques mois d'existence, les débuts sont pour le moins prometteurs. " La production est déjà complète jusque mars ", explique Daniel Kedzierski, administrateur de la jeune marque. Les clients sont assez variés. L'Ecole Internationale de Bruxelles, la commune de Mouscron, une société de leasing ou encore Citydepot, spécialisé dans la distribution urbaine en font par exemple partie. " L'objectif est d'atteindre les 150 véhicules vendus en 2017 et le double pour l'année suivante. A plus long terme, nous viserons les 600 véhicules vendus chaque année ", lance encore l'administrateur d'Addax. Pour cela, la marque pourra notamment compter sur le label made in Belgium, visiblement apprécié. " Nous produisons à Gand. L'ancrage belge est assez recherché, certains sont d'ailleurs venus chez nous pour cet aspect local ", continue l'administrateur.A l'heure où la voiture électrique tarde à vraiment prendre son envol, la technologie semble, en revanche, déjà bien au point pour les utilitaires légers effectuant de courts trajets. " On peut enfin dire que, pour ce marché, l'électrique est fiable. Aujourd'hui, 90 % de nos clients effectuent entre 20 et 30 km par jour, alors qu'on propose une autonomie allant jusqu'à 80 à 120 km ", précise Daniel Kedzierski. Autre gros avantage, l'utilitaire d'Addax se recharge sur une prise de courant classique, pour une consommation très faible. " La recharge correspond à la consommation d'une machine à laver et d'un lave-vaisselle ", poursuit le responsable. Outre les communes et parcs, un tel véhicule électrique pourrait d'ailleurs intéresser d'autres secteurs, comme le transport. " Pour les longues distances, il est clair que les camions classiques restent encore plus avantageux. Mais pour la dernière étape, comme la distribution en ville, notre offre est tout aussi avantageuse. "Les responsables de la marque belge ne comptent pas se limiter à la Belgique. " Nous sommes dans un marché de niche, pas trop grand, ni trop petit. Néanmoins, nous savons que pour être viable, il est important de ne pas se concentrer uniquement sur la Belgique ", continue le responsable. Plusieurs villes de France se sont d'ailleurs déjà intéressées à la société de Courtrai. Une bonne nouvelle pour Addax car le marché hexagonal est prometteur. " Le gouvernement y a récemment mis en place des aides pour permettre aux communes de renouveler leur flotte d'utilitaires par des véhicules propres ", précise Daniel Kedzierski. D'autres pays européens sont également dans le viseur d'Addax Motors qui précise avoir déjà des contacts en Suède. Une ouverture qui demandera néanmoins quelques aménagements. " Il est intéressant de constater que chaque région à ses spécificités. Dans le sud de la France, il faudra intégrer la climatisation. Mais pour les pays nordiques, il ne faudra pas spécialement se focaliser sur le chauffage. Ils ont constaté que ce sont les changements de température qui rendent malade. Ils travaillent donc avec les portes ouvertes. Il faudra être attentif à chaque spécificité ", ajoute l'administrateur.La concurrence sur le marché est assez importante et en constante évolution. " La Chine s'est rendue compte, il y a quelques années, de son problème de pollution et a donc longtemps été en avance au niveau de l'électrique dans notre secteur. Mais le marché y est très instable et les Chinois ne sont plus vraiment dans la course ", explique encore le responsable. La concurrence est plus proche, en France notamment. Pour se distinguer, il faut donc innover. Pour cela, l'entreprise belge a développé un système de surveillance technique de tous ses véhicules via une connexion 3G. Ainsi, Addax peut repérer au plus vite une éventuelle panne. " Nous pouvons voir en direct la localisation des véhicules, leur niveau de charge et plusieurs élément techniques. " Les informations ainsi accumulées permettent à Addax de réagir au plus vite. " C'est très utile pour ce genre de véhicules dont la plupart sont utilisés dans des parcs. En cas de panne, le client n'a, en général, pas d'autre choix que de remorquer son véhicule à un garage pour identifier le problème. Désormais on peut localiser la panne à distance et, quand c'est possible, directement envoyer un technicien sur place avec la bonne pièce. "