Jusqu'au 23 février, le Théâtre de Namur propose Si nous voulons vivre, troisième volet d'une trilogie théâtrale inspirée par les écrits de l'écrivain Sony Labou Tansi. Né en 1947 de parents des deux Congo ...

Jusqu'au 23 février, le Théâtre de Namur propose Si nous voulons vivre, troisième volet d'une trilogie théâtrale inspirée par les écrits de l'écrivain Sony Labou Tansi. Né en 1947 de parents des deux Congo - le Brazza et l'ex-belge - Sony meurt en 1995, fauché comme sa femmepar le virus du sida. Une vie abrégée qui ne l'empêche pas d'achever une imposante oeuvre littéraire et théâtrale, imprégnée par la satire et la poésie, assez vite reconnue à l'international. Le comédien Etienne Minoungou occupe la scène namuroise avec deux musiciens, le Burkinabé Simon Winsé et le Belge Pierre Vaiana. Tous trois incarnent à leur manière les mots de Tansi, reprenant son leitmotiv : " enfanter un futur pour tout ce qui existe (...) faisant que je sors toujours de ce spectacle avec une envie formidable de vivre ". De fait, cette réflexion scénique prenant en compte l'économie mondiale n'a rien perdu de son acuité. Celle d'une pensée qui continue à faire vibrer l'encre de l'écriture mais aussi nos idées reçues.