La Galerie Nardone, proche de La Cambre, est particulièrement visible depuis début février puisqu'elle s'affiche sur près de 60 panneaux publicitaires dans les rues de Bruxelles. L'une de ses bases belges puisqu'Antonio Nardone a ouvert, en février 2020, un second espace d'exposit...

La Galerie Nardone, proche de La Cambre, est particulièrement visible depuis début février puisqu'elle s'affiche sur près de 60 panneaux publicitaires dans les rues de Bruxelles. L'une de ses bases belges puisqu'Antonio Nardone a ouvert, en février 2020, un second espace d'exposition à La Louvière. En attendant d'y revenir, on coche l'actuelle présentation des travaux picturaux de Charlélie Couture dans l'espace bruxellois. Le chanteur polymorphe y condense ses impressions new-yorkaises, ayant vécu dans la Grosse Pomme entre 2004 et 2018. Le musicien, diplomé de l'Ecole nationale des Beaux-Arts, n'est pas un nouveau venu dans le champ visuel puisqu'il n'a cessé, depuis les années 1980/1990, de multiplier les expos en France et ailleurs. Son style? Multiple comme Couture, entre impressions de collages, d'abstractions et puis de portraits davantage figuratifs. C'est plutôt dans cette dernière catégorie qu'on repère le talent du Français, notamment dans cette série d'acryliques et huiles où l'on reconnaît la présence prégnante de l'Amérique urbaine. Les prix des oeuvres varient entre 3.000 et 9.500 euros, notamment pour cette combinaison photo/peinture de grand format, baptisée Oneline. Pas si fréquent que quelqu'un initialement identifié comme chanteur-auteur-compositeur de talent produise aussi des objets dignes d'intérêt en arts plastiques.