Il reste deux semaines pour s'imprégner des peintures de Léon Wuidar, présentées sous le titre A perte de vue au MAC's du Grand Hornu. Après une rétrospective zurichoise, le musée du Borinage met en lumière un parcours qui n'en manque pas, l'artiste liégeois (1938) jouant autant de la couleur que des motifs géométriques. Aux murs, différents formats mais aussi différents types de ...

Il reste deux semaines pour s'imprégner des peintures de Léon Wuidar, présentées sous le titre A perte de vue au MAC's du Grand Hornu. Après une rétrospective zurichoise, le musée du Borinage met en lumière un parcours qui n'en manque pas, l'artiste liégeois (1938) jouant autant de la couleur que des motifs géométriques. Aux murs, différents formats mais aussi différents types de cadres donnent l'impression d'un damier qui aurait éclaté en un puzzle démultiplié. Comme cette peinture où une barre bleue verticale tranche le tableau en deux parties différemment composées. A gauche, un rectangle de même teinte, coupé par un triangle blanc alors que la droite de la composition est divisée en deux parties quasi similaires reprenant les références du blanc et du bleu. Depuis 1963, Léon Wuidar pratique l'abstraction et un désir d'épanouissement dans ses travaux: images codées, humour, références culturelles, réseaux de signes. Il y a aussi du "signage" dans l'autre expo du moment au Grand-Hornu, sous l'égide du CID (Centre d'innovation et de design). Cosmos, joliment sous-titré Design d'ici et au-delà, confirme une fois de plus l'attractivité ingénieuse du CID, projetant régulièrement sa réflexion vers un futur qui se voudrait non dystopique mais davantage ancré dans une possible réalité et ses dérivés sociales, économiques, politiques. Un futur parti ici en voyage dans l'univers. Matière noire, comètes, exoplanètes, big bang, trou noir, étoiles plus ou moins filantes: le panorama de l'infini est absorbé dans cette exposition qui devrait également plaire aux adolescents, voire aux enfants un rien guidés. Et jusqu'au 15 mai, le site du Grand-Hornu propose toujours Sur les traces de son chemin de fer, programme lié à Europalia, nourri de conférences, visites guidées, podcast et balade liées au sujet.