" C'est un moment triste, c'est une tragédie ", a déclaré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à l'issue du sommet européen, validant l'accord sur le Brexit. Après 17 mois de négociations et 585 pages signées, il n'y a ni joie ni fierté mais comme un fatalisme. Et une conviction : celle d'avoir abouti au " seul accord possible ", commentaire repris tant par Jean-Claude Juncker que par la...