Pas compliqué de comprendre pourquoi Juul Labs a autant de succès aux Etats-Unis. Sa e-cigarette est d'une simplicité enfantine. Elle ressemble à une grosse clé USB et se recharge via ordinateur. Le produit à vapoter est intégré dans des capsules jetables qui se clipsent à l'arrière de l'appareil. Lancée en 2015 par deux anciens fumeurs, Juul Labs, dont Altria (Marlboro aux Etats-Unis) dét...

Pas compliqué de comprendre pourquoi Juul Labs a autant de succès aux Etats-Unis. Sa e-cigarette est d'une simplicité enfantine. Elle ressemble à une grosse clé USB et se recharge via ordinateur. Le produit à vapoter est intégré dans des capsules jetables qui se clipsent à l'arrière de l'appareil. Lancée en 2015 par deux anciens fumeurs, Juul Labs, dont Altria (Marlboro aux Etats-Unis) détient 35 % du capital, se distingue par son système de vapotage en circuit clos avec contrôle de la température. Officiellement, le but est d'offrir aux fumeurs une véritable alternative pour arrêter de fumer. Les chiffres semblent lui donner raison : au bout de trois mois d'usage de Juul, quasiment la moitié des adultes ont abandonné la cigarette traditionnelle. Oui mais, vu son succès chez les jeunes Américains, les experts sanitaires craignent deux conséquences : le simple déplacement vers l'e-cigarette de l'addiction à la nicotine et la création de cette addiction auprès de jeunes qui ne fumaient pas... Une réalité qui concerne évidemment les autres marques d'e-cigarettes. Compte tenu de la popularité de Juul Labs chez les jeunes, les autorités américaines ont réagi : le produit est désormais interdit à la vente aux moins de 21 ans dans certains Etats, totalement interdit dans le Michigan et à San Francisco, etc. En Belgique, le commerce est déjà bien régi et la vente par Internet est interdite. En outre, conformément à la législation européenne, le seuil de concentration en nicotine ne peut pas dépasser 20 mg/ml. Juul, qui peut aller jusqu'à 59 mg aux Etats-Unis, se contentera de vendre de chez nous des recharges de 9 et 18 mg/ml. Et les conditions de vente seront très encadrées : interdiction aux mineurs, pas de promotion sur les réseaux sociaux, marketing responsable, contrôle via mystery shoppers, etc. Ceci dit, avec deux millions de fumeurs adultes dont seulement 3 % utilisent aussi une e-cigarette, le marché belge est prometteur...