" Je ne fais aucun procès d'intention aux fonctionnaires, j'espère que, quelles que soient leurs obédiences, ils continueront à faire leur travail loyalement. A eux de démontrer qu'ils ne sont pas seulement d'anciens chefs de cabinet mais qu'ils sont effectivement des commis de l'Etat, qu'ils...

" Je ne fais aucun procès d'intention aux fonctionnaires, j'espère que, quelles que soient leurs obédiences, ils continueront à faire leur travail loyalement. A eux de démontrer qu'ils ne sont pas seulement d'anciens chefs de cabinet mais qu'ils sont effectivement des commis de l'Etat, qu'ils sont ouverts. Si les libéraux arrivent au gouvernement, j'espère qu'ils appliqueront loyalement les décisions, qu'ils formuleront des propositions qui vont dans le sens des nouvelles orientations politiques. Et je suis persuadé qu'ils le feront. Ce n'est pas de la naïveté mais ces gens sont là, ils ont des contrats et ils sont le plus souvent très compétents. Nous ne lancerons aucune chasse aux sorcières. Mais nous serons évidemment vigilants et, si on se rend compte que nos actions sont sabotées de l'intérieur, nous serons très fermes. S'ils devaient utiliser leur poste pour informer l'opposition des intentions du gouvernement, ce serait tout simplement une faute professionnelle à traiter comme telle. On parle beaucoup des partis. Mais il y a aussi les piliers. Les menaces d'action dans les aéroports dès que l'éventualité d'une autre majorité a été sur la table est révélatrice d'une certaine mentalité conservatrice. Et c'est justement cela qu'il faut changer si nous voulons une Wallonie qui gagne, une Wallonie qui réforme, une Wallonie qui casse les codes. Je suis convaincu que les citoyens attendent cela, qu'ils veulent croire en une autre Wallonie. "