Les fusions sont monnaie courante dans le domaine des gestionnaires de fonds. La recherche d'économies d'échelle et les coûts croissants (notamment liés à des nouvelles réglementations) ont forcé de nombreux groupes à s'uni...

Les fusions sont monnaie courante dans le domaine des gestionnaires de fonds. La recherche d'économies d'échelle et les coûts croissants (notamment liés à des nouvelles réglementations) ont forcé de nombreux groupes à s'unir ces dernières années. La fusion annoncée à la fin 2016 entre Janus Capital et Henderson Global Investors fait à ce titre beaucoup de sens, les groupes étant spécialisés dans des domaines relativement complémentaires, avec des actifs sous gestion qui dépasseront les 320 milliards de dollars. " Pour nous, cette fusion va également nous permettre d'augmenter notre visibilité au niveau international, vu que nous étions avant tout un groupe américain ", souligne Sjoerd Angenent, directeur commercial de Janus Capital pour la Belgique. Janus Capital est en effet composé de trois entités uniquement présentes sur le marché américain, avec Janus (gestion traditionnelle), Perkins (gestion value) et Intech (gestion quantitative). Avec Henderson GI, les actifs sous gestion au niveau obligataire atteindront prochainement 80 milliards de dollars, dont 9 sur les stratégies obligataires Global Macro.