"C'est la meilleure promotion jamais faite pour notre ville. Les Néerlandais nous ont sauvés. Nous n'aurions jamais pu imaginer pareille entame pour les soldes." Ravis de voir leurs magasins pris d'assaut pa...

"C'est la meilleure promotion jamais faite pour notre ville. Les Néerlandais nous ont sauvés. Nous n'aurions jamais pu imaginer pareille entame pour les soldes." Ravis de voir leurs magasins pris d'assaut par les Néerlandais, les commerçants anversois ne cachent pas leur satisfaction. En 15 jours de folie acheteuse, leurs voisins du Nord y ont laissé plus de 2 milliards d'euros, largement de quoi panser les plaies d'une saison morose. Les restaurants ainsi que les cinémas ont également fait le plein. De l'autre côté de la frontière où, du 19 décembre au 14 janvier, seuls les commerces essentiels sont restés ouverts, la révolte gronde. INretail, association qui regroupe les commerces non alimentaires, ne mâche pas ses mots et parle de broodroof (littéralement vol de pain) et est d'autant plus en colère que les chiffres d'affaires perdus se situent à cheval sur deux trimestres alors que les mesures compensatoires sont calculées par trimestre. Dès le 15 janvier, les commerçants néerlandais veulent rouvrir coûte que coûte.