Le cours du bitcoin subit une méchante correction. Après la flambée de la fin 2017, la chute est particulièrement rude en ce début d'année. Amer, je constate les dégâts sur mon portefeuille virtuel.
...

Le cours du bitcoin subit une méchante correction. Après la flambée de la fin 2017, la chute est particulièrement rude en ce début d'année. Amer, je constate les dégâts sur mon portefeuille virtuel. Mais je ne peux pas m'empêcher de continuer à croire en ma bonne étoile. Ça finira bien par se redresser, m'assurent les plus optimistes. En attendant, comme les soldes ont l'air de vouloir se prolonger, je procède à quelques emplettes complémentaires. Jusqu'à présent, je n'avais investi " que " 1.800 euros sur un capital total de 5.000 euros. Je décide de placer 2.200 euros supplémentaires dans trois devises prétendument solides : le bitcoin (1.400 euros), l'ether (600 euros) et le litecoin (200 euros). Au moment de mes achats, le cours du bitcoin est déjà passé sous la barre des 9.000 euros. J'en achète une partie sur Coinbase, la plateforme des débutants. Très simple à utiliser, elle commence à m'irriter en raison des frais de transaction importants qu'elle pratique. Exemple : pour un achat de 600 euros en ether, je débourse 5 euros de frais de transaction. Les affaires roulent pour Coinbase : en 2017, cette plateforme a réalisé un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros. Vu qu'elle se rémunère sur chaque transaction et qu'elle a connu un afflux sans précédent de nouveaux utilisateurs depuis la fin de l'année dernière, j'imagine facilement que 2018 s'annonce sous les meilleurs auspices pour l'entreprise américaine. Pour moi, par contre, rien n'est moins sûr. Pour compléter mon portefeuille en bitcoin, je fais une petite infidélité à Coinbase. Je me dirige vers Kraken, une place d'échanges bien connue dans le monde des cryptomonnaies, qui souffre d'une mauvaise réputation en raison de sa fiabilité aléatoire. Plusieurs investisseurs me glissent que la plateforme plante souvent. Elle se retrouve parfois inaccessible pendant plusieurs jours ! Par contre, les frais de transaction s'annoncent moins élevés. Pour mon premier achat de bitcoin, ils sont même réduits à zéro ! Et pour cause : la plateforme offre certains frais en janvier pour se faire pardonner de ses bugs à répétition... Pas très rassurant. Je me réconforte comme je peux en constatant que le cours du bitcoin m'est plus favorable sur Kraken que sur Coinbase. Cela me renforce dans l'idée que je dois éviter, si possible, de passer par Coinbase, qui profite visiblement de son succès auprès des novices comme moi pour pratiquer des tarifs plus élevés que la moyenne. Dans les jours qui suivent ces nouveaux investissements, les cours continuent à s'effondrer. Au moment de boucler cet article, le bitcoin est sous les 5.000 euros. J'ai virtuellement perdu près de 40% de l'argent investi (voir tableau ci-contre) ! Sur les forums spécialisés, on cherche des explications. Ce serait la faute de la plus grosse cyberattaque jamais enregistrée dans le monde des cryptomonnaies : 500 millions de NEM, soit 426 millions d'euros, ont été dérobés la semaine dernière sur la plateforme japonaise Coincheck. Ou alors, ce serait l'interdiction par Facebook de toute publicité en lien avec le bitcoin. Ou encore les velléités de régulation des monnaies virtuelles par les autorités indiennes. Quoi qu'il en soit, les marchés s'affolent. Aucune monnaie n'est épargnée. Le bitcoin entraîne toutes les autres devises dans son sillage. Un grand nombre d'investisseurs veulent vendre, même à bas prix, afin d'éviter de tout perdre. C'est le panic sell. Même Bernard, le chef de bande du groupe WhatsApp des Rich Motherfuckers, mon premier soutien et guide dans le monde du bitcoin, veut abandonner le navire : " C'est bon, j'arrête les frais, je viens de tout convertir en euros ", lâche-t-il. Si ça continue, je vais me retrouver bien seul sur la planète crypto.