Entre Palais de Justice et Bois de la Cambre, le Louise 345 éclate de fraîcheur gourmande et d'inattendues harmonies. Originaire de la région lilloise, Isabelle Arpin se destine à la finance. Mais elle découvre les sortilèges culinaires en dépannant un ami restaurateur. Le déclic. Dans la foulée, elle décroche un diplôme à l'école hôtelière. La voilà à Ostende où elle apporte un 15 sur 20 à l'Auteuil,. Puis à Bruxelles, chez Alexandre, où el...

Entre Palais de Justice et Bois de la Cambre, le Louise 345 éclate de fraîcheur gourmande et d'inattendues harmonies. Originaire de la région lilloise, Isabelle Arpin se destine à la finance. Mais elle découvre les sortilèges culinaires en dépannant un ami restaurateur. Le déclic. Dans la foulée, elle décroche un diplôme à l'école hôtelière. La voilà à Ostende où elle apporte un 15 sur 20 à l'Auteuil,. Puis à Bruxelles, chez Alexandre, où elle maintient le tempo et un macaron Michelin. Elle monte ensuite au WY, le show-room de Mercedes au Sablon. Et arrive enfin au Louise 345. Une adresse confortable et chaleureuse dans une ambiance calme, discrète aussi (il faut sonner pour y avoir accès). Mais quelle cuisine ! Les assiettes soulignent d'audacieuses créations picturales, du raffinement paré de goût. Des coques, grenade, mayonnaise d'algue et mousseuse de moule développent le côté intrigant qui griffe la cuisine d'Isabelle Arpin. Les saveurs montent au palais dans un patchwork de goûts. La roulade de céleri-rave enrobant concombre et anguille fumée s'appuie sur une fringante vinaigrette de crabe. De la noix de cajou mise sur le croquant. Aguichante, une déclinaison de tomates ensoleille du homard breton magnifiquement peu cuit. Une vinaigrette " Bloody Mary ", un toast de pesto d'amandes grillées et fumées stimulent et renforcent relief et saveurs. Impeccable, le filet de bar sur lit de fine lasagne accueille des légumes du sud. Le tout exalté par un jus de crustacé au sherry dry. Confondant de sapidité, le rib eye de boeuf basque bénéficie des mêmes soins que le porc réputé de la région. Une cuisson attentive, bleue, mais chaude, valorise la viande. Les amateurs apprécieront le cigar lounge, les spiritueux d'exception et les quatre suites. Philippe Bidaine supervise la cave. Isabelle, elle, rêve déjà à une seconde adresse, avec 14 chambres et resto à Hastière. Lunch à 42 euros (deux services et café) et 52 (trois). Menus de 65 euros (trois services) à 110 (six).