Voici déjà un fameux dossier sur la table des prochains gouvernements : le comité de pilotage du Pacte national pour les investissements stratégiques vient de remettre ses propositions d'actions, en vue d'assurer durablement la croissance de l'économie belge. Elles sont concentrées sur six domaines prioritaire...

Voici déjà un fameux dossier sur la table des prochains gouvernements : le comité de pilotage du Pacte national pour les investissements stratégiques vient de remettre ses propositions d'actions, en vue d'assurer durablement la croissance de l'économie belge. Elles sont concentrées sur six domaines prioritaires et représentent une facture de quelque 150 milliards d'euros d'ici 2030. Cette facture sera répartie entre le public (45%) et le privé (55%). Plus d'un tiers de ce budget sera affecté à la transition énergétique, avec des projets allant de l'efficacité énergétique des bâtiments à la recherche sur le stockage de l'énergie en passant par la production d'énergie renouvelable. Près de 30 milliards seront destinés à l'amélioration de la mobilité en Belgique. Les domaines d'intervention sont toutefois interconnectés. Le secteur de la santé figure ainsi parmi les six priorités (9 milliards). Mais les ambitions en matière d' e-health sont liées au développement d'écosystèmes numériques (30 milliards) tandis que le centre de recherche nucléaire Myrrha - doté d'un réacteur piloté par un accélérateur de particules, une infrastructure unique au monde - servira aussi à la production de radio-isotopes à destination de la médecine nucléaire. Et tout cela n'est possible qu'en adaptant la formation, des jeunes comme des adultes (12 milliards d'euros). Les propositions émanent d'un comité d'experts issus du monde de l'entreprise : Michel Delbaere (président), Dominique Leroy, Marc Raisière, Michèle Sioen, Jean Stéphenne et Pieter Timmermans.