A l'instar de Tiger Woods et de Bubba Watson, Ian Poulter effectue un étonnant come-back sur les greens. Début 2017, le célèbre champion anglais était tombé dans les abîmes du classement mondial suite à une vilaine blessure au pied. Pointé un moment au-delà de la 200e place du ranking mondial, il avait même, un moment, perdu son droit de jeu sur le PGA Tour. Déboussolé, il se posait carrément des questions sur la suite de sa carrière. Guidé par une bonne étoile et son immense talent, il a retrouvé aujourd'hui son swing conquérant. Vainqueur de l'Open de Houston le mois dernier, il s'est hissé à nouveau dans le Top 30 mondial et se verrait bien, à 42 ans, commencer une deuxième carrière. Comme Tiger avec qui il a partagé une partie de " miraculés " lors du récent Masters d'Augusta.

Grâce à son expérience, Ian Poulter pourrait être un atout de choix pour le capitaine Thomas Bjorn.

Ian Poulter est l'un des joueurs les plus spectaculaires et charismatiques du golf mondial. Bizarrement, il n'a jamais réussi à accrocher le scalp d'un tournoi du Grand Chelem à son tableau de chasse. Mais, en revanche, il a signé de nombreux exploits en Ryder Cup, une compétition qui lui donne traditionnellement des ailes et où il a l'art de se transcender. Nul n'a oublié son rôle décisif dans la victoire de l'équipe européenne en 2012 au Medinah CC. En état de grâce, il avait remporté ses quatre matches (trois doubles et un simple) et avait largement participé à la légendaire remontada de la formation de Jose-Maria Olazabal.

En vérité, Ian Poulter est un pur joueur de match-play. C'est un guerrier. Un sanguin. Il aime le combat, le mano a mano. Ses statistiques en Ryder Cup en disent long sur le sujet : 15 matches joués, 12 victoires ! " J'ai cette compétition dans la peau. J'ai toujours fonctionné à l'adrénaline et j'ai besoin d'être dans les cordes pour donner le meilleur de moi-même ", répète-t-il.

Totalement improbable voici quelques mois à peine, l'idée de le voir intégrer l'équipe européenne en septembre prochain sur le parcours parisien du Golf National a donc subitement pris du poids. Grâce à son expérience, Ian Poulter pourrait être un atout de choix pour le capitaine Thomas Bjorn. Sur le terrain, bien sûr. Mais aussi en coulisse. Nourri au biberon du football - c'est un grand supporter d'Arsenal -, il est porté par un incroyable team spirit qu'il parvient à transmettre à ses équipiers.

Pour l'heure, Ian Poulter ne fait pas partie des qualifiés virtuels pour cette Ryder Cup 2018. Mais il lui reste encore cinq mois pour gravir de nouveaux paliers. Et puis, Thomas Bjorn pourra toujours, le cas échéant, lui accorder une wild card de dernière minute. C'est un placement gagnant quasiment garanti !