Herta ne correspondait plus à l'image bio, saine et végane que Nestlé aime cultiver. Depuis le début de l'année 2019, le groupe suisse cherchait à s'en séparer. C'est...

Herta ne correspondait plus à l'image bio, saine et végane que Nestlé aime cultiver. Depuis le début de l'année 2019, le groupe suisse cherchait à s'en séparer. C'est désormais chose faite pour 414 millions d'euros. Les activités de charcuterie et de produits carnés de Herta (les Knacki, le jambon, etc.) dans six pays européens, ainsi que les pâtes à tarte et à pizza en France et en Belgique vont être logées dans une coentreprise créée avec Casa Tarradellas, une société familiale basée à Barcelone qui est le leader du marché espagnol de la charcuterie et des pizzas. Les Espagnols prennent 60% du capital, Nestlé conservant les 40% restants. Les gammes végétariennes de Herta ne font pas partie de l'accord. Il reste à organiser le côté opérationnel de la coentreprise et à se pencher sur l'avenir des 2.000 employés de Herta.