Pour doper sa présence aux Etats-Unis où elle dispose d'un bureau d'une dizaine de personnes à New York, Proxyclick, la scale-up bruxelloise, vient de lever 15 millions de dollars (13,5 millions d'euros) auprès d'un fonds américain, Five Elms...

Pour doper sa présence aux Etats-Unis où elle dispose d'un bureau d'une dizaine de personnes à New York, Proxyclick, la scale-up bruxelloise, vient de lever 15 millions de dollars (13,5 millions d'euros) auprès d'un fonds américain, Five Elms Capital et de Join Capital, le fonds allemand qui avait déjà investi auparavant. Les trois fondateurs (Grégory Blondeau, Geoffroy De Cooman et Jean-Bernard van Zuylen) demeurent largement majoritaires. Proxyclick est spécialisée dans l'accueil numérique des visiteurs des entreprises. Concrètement, c'est grâce à Proxyclick que lorsque vous arrivez dans une entreprise utilisatrice du service, vous encodez vos coordonnées dans un iPad qui enregistre votre arrivée, vous recevez un badge, un mail, les codes wifi, etc. Un service qui comporte aussi la reconnaissance faciale ou l'intégration aux systèmes d'ouverture des portes, et qui est déjà utilisé par pas mal de grosses boîtes au niveau mondial comme Airbnb, L'Oréal ou Audi. Quarante pour cent de l'activité est générée aux Etats-Unis. La levée de fonds va permettre de doper la présence américaine (de 10 à 40 employés) mais aussi de continuer à investir dans le produit et de doubler les effectifs européens.