Le golf n'a jamais été aussi populaire! C'est ce qu'il ressort d'une étude commandée par le Royal & Ancient Golf Club de St Andrews et réalisée par la société Sports Marketing Surveys. C'est bien simple: les baromètres sont en hausse partout avec un total de 66,6 millions de joueurs réguliers aux quatre coins de la planète.
...

Le golf n'a jamais été aussi populaire! C'est ce qu'il ressort d'une étude commandée par le Royal & Ancient Golf Club de St Andrews et réalisée par la société Sports Marketing Surveys. C'est bien simple: les baromètres sont en hausse partout avec un total de 66,6 millions de joueurs réguliers aux quatre coins de la planète. Le golf est l'un des grands "gagnants" de la pandémie. Sport sain, se pratiquant au grand air avec une distanciation sociale naturelle, il a fait craquer, ces deux dernières années, de nombreux curieux qui n'osaient pas pousser la porte d'un club-house. En Europe, la barre des 10 millions d'affiliés a ainsi été franchie pour la première fois. Aux Etats-Unis, on recense désormais près de 38 millions de joueurs (soit plus de 10% de la population totale! ) et l'Asie suit le mouvement avec près de 25 millions d'adeptes (10% d'augmentation en deux ans). L'évolution globale est d'autant plus favorable qu'on remarque un nombre grandissant de pratiquants chez les jeunes adultes. On sait que le sport de St Andrews est traditionnellement très apprécié par les seniors. A l'évidence, la crise sanitaire a suscité des vocations dans d'autres tranches d'âge, un peu comme si la nouvelle donne (télétravail, complexité pour voyager, etc.) avait servi de déclic pour une mise au green familiale. D'autres facteurs jouent dans cette recrudescence. Au fil des ans, le golf est devenu de plus en plus démocratique, tant sur le fond que sur la forme. Certes, il existe toujours des clubs privés qui réclament à leurs membres des droits d'entrée très onéreux. Mais il en est bien d'autres qui pratiquent des tarifs raisonnables. Et dans de nombreux pays, les parcours publics (le concept " pay and play") sont de plus en plus nombreux. Parallèlement, des infrastructures ludiques ont vu le jour, notamment en Asie et aux Etats-Unis. Elles proposent de pratiquer le golf (sur des practices éclairés ou devant des simulateurs 3D de la dernière génération) à la façon du bowling, en buvant une bière et en écoutant de la musique. C'est à la fois fun et convivial. Et c'est une porte d'entrée idéale pour découvrir les joies de la discipline. Aux Etats-Unis, ces afterworks génèrent, en tout cas, un grand engouement. La Belgique n'échappe pas à cette fièvre pour le swing. En 2021, le nombre d'affiliés à la Fédération a dépassé pour la première fois le cap des 70.000. Grâce à des cotisations à la baisse dans de nombreux clubs et à des packages d'initiation cousus sur mesure, la discipline a attiré un nouveau public, plus jeune et plus féminin. Il reste à présent aux clubs à faire le nécessaire pour conserver, sur le long terme, ces débutants ou ces simples curieux.