Les inondations avaient totalement ravagé le site de production de Vaux-sous-Chèvremont de la chocolaterie Galler. Trois mois plus tard, la production a repris et le personnel a été réparti sur plusieurs sites de production "amis": les bâtons et Rawe...

Les inondations avaient totalement ravagé le site de production de Vaux-sous-Chèvremont de la chocolaterie Galler. Trois mois plus tard, la production a repris et le personnel a été réparti sur plusieurs sites de production "amis": les bâtons et Rawetes sont élaborés chez Cavalier à Eeklo, les gaufres et les massepains chez ETA Fournipac à Andenne, les pralines, les truffes et les orangettes chez Deremiens à Prouvy dans la province de Luxembourg. Une partie du site de Vaux-sur-Chèvremont, réhabilitée, accueille l'emballage des différentes productions. Cette délocalisation, dont le surcoût est estimé à 1,6 million d'euros, devrait rester la norme jusqu'à la fin du 1er semestre 2022, moment où l'entreprise espère revenir dans ses murs. La survie de Galler dépendait aussi d'un refinancement de ses activités. Estimé à 12 millions d'euros, il est aujourd'hui bouclé. Trois millions proviennent des assurances et de la Région wallonne, quatre d'un financement bancaire et le solde, cinq millions, des actionnaires. Dans ce cadre, l'ancrage belge augmente par rapport au fonds d'investissement qatari: Invest for Jobs a mis 2 millions sur la table, Noshaq 1,5 (comme les Qatari) et le management et les investisseurs privés wallons 300.000 euros.