Free, chuchoté comme quatrième opérateur belge potentiel, vient d'acter un virage stratégique conséquent à l'occasion de la présentation de ses résultats trimestriels. Adieu low cost, bonjour haut de gamme. Free veut s'affranchir des prix bas et promotionnels pour devenir un opérateur comme les autres. La marque du groupe Iliad qui se sépare progressivement du réseau d'Orange dispose désormais de ses propres fréquences et entend poursuivre le développement de son propre réseau. Des investissements conséquents qui lui interdisent de continuer à brader ses prix. Free compte aussi sur la fibre pour devenir le premier opérateur alternatif derrière Orange mais devant Bouygues et SFR. Il espère aussi une part de marché de 5 % auprès des entreprises et veut proposer, comme les autres, des terminaux subventionnés.