Une querelle de voisinage qui s'envenime peut coûter cher. Estimant que les arbres plantés par Alain De Coussemaeker font trop d'ombre, des habitants de la Vondelstraat...

Une querelle de voisinage qui s'envenime peut coûter cher. Estimant que les arbres plantés par Alain De Coussemaeker font trop d'ombre, des habitants de la Vondelstraat à Bruges obtiennent l'abattage des arbres en question sous astreinte du tribunal, au motif qu'ils ont été plantés trop près de la clôture. Sentimentalement attaché à ces végétaux qui lui rappellent sa mère disparue alors qu'il avait quatre ans, Alain tergiverse, entame une grève de la faim puis, faisant appel à une firme spécialisée, les déménage à grands frais. Trop tard. Entre-temps, les astreintes ont couru et atteint 800.000 euros, dont deux voisins exigent le paiement. Au point où en sont les choses, la vente de la maison d'Alain semble irrémédiable, mais ce dernier est fermement décidé à aller jusqu'au bout, " à la Cour des Droits de l'homme s'il le faut ".