Drôle de séquence la semaine dernière chez Wibra, l'enseigne de prêt-à-porter à bas prix qui dispose de 81 magasins chez nous. Jeudi, le tribunal de commerce de Gand a refusé la proposition de la dire...

Drôle de séquence la semaine dernière chez Wibra, l'enseigne de prêt-à-porter à bas prix qui dispose de 81 magasins chez nous. Jeudi, le tribunal de commerce de Gand a refusé la proposition de la direction belge de sauver 31 magasins et 183 emplois. La faillite a donc été prononcée. Le lendemain, les curateurs désignés ont accepté ce même plan de reprise, qui permet donc à ces magasins répartis entre la Flandre, la Wallonie et Bruxelles de poursuivre leurs activités. Comment est-ce possible ? La différence entre les deux décisions s'explique par la prise en charge par le Fonds de fermeture d'entreprises du paiement des pécules de vacances et des primes de fin d'année des 439 salariés (y compris, donc, ceux qui sont repris). Les 36 magasins repris vont rester temporairement fermés pour être rénovés et réapprovisionnés, mais aussi pour donner à la direction le temps d'informer chaque salarié de sa situation personnelle et de proposer un nouveau contrat de travail aux personnes reprises.