Le principe de ce festival est de s'installer sur trois week-ends dans trois localités du Brabant wallon : cela évite de saturer la programmation tout en donnant une identité à l'événement. Sur le thème Echologie, cette quatrième édition célèbre le rapp...

Le principe de ce festival est de s'installer sur trois week-ends dans trois localités du Brabant wallon : cela évite de saturer la programmation tout en donnant une identité à l'événement. Sur le thème Echologie, cette quatrième édition célèbre le rapport musique-nature via les quatre éléments air-eau-terre-feu et neuf spectacles et animations. Pointons, lors de ce premier week-end, du 15 au 17 mars, la performance de l'Orchestre royal de chambre de Wallonie et des solistes Tatiana Samouil et Irina Lankova (cette dernière étant par ailleurs la directrice artistique du festival) dans des oeuvres de Mendelssohn et de Bloch. Le 23 mars, des jeunes talents de la Chapelle Reine Elisabeth (Salih Can Gevrek, Dania El Zein, Naomi Couquet et Philippe Riga) s'attaquent à Schubert et Liszt. L'ambitieuse clôture, le 30 mars, prend le parti pris d'une mise en scène assumée par les maîtres du feu de la Compagnie La Salamandre : dans ce décor flambé, la comédienne Ségolène van der Straten et une demi-douzaine d'instrumentistes - dont le violoniste Lorenzo Gatto - interprètent cinq pièces parmi lesquelles L'histoire du soldat, de Stravinsky.