Comme le laissait entendre depuis quelques semaines la rumeur, il se confirme que c'est bien à Johan Thijs que reviendra la mission de cornaquer le lobby bancaire. Le CEO du groupe KBC vient d'être désigné par ses pairs comme président de Febelfin (la fédération belge du secteur financier). Il sera épaulé da...

Comme le laissait entendre depuis quelques semaines la rumeur, il se confirme que c'est bien à Johan Thijs que reviendra la mission de cornaquer le lobby bancaire. Le CEO du groupe KBC vient d'être désigné par ses pairs comme président de Febelfin (la fédération belge du secteur financier). Il sera épaulé dans ses nouvelles fonctions de porte-drapeau des banques par deux vice-présidents : Marc Raisière, CEO de Belfius et Manager de l'Année 2016, et Dirk Wouters, patron de la Banque Van Breda (groupe Ackermans & van Haaren). L'homme fort de KBC remplace ainsi Rik Vandenberghe qui avait annoncé en début d'année sa démission en tant que CEO d'ING Belgique pour rejoindre le groupe de construction Besix. L'ordre de mission de la nouvelle équipe est clair : faire avancer les choses de manière plus rapide à l'heure où les défis ne manquent pas pour les banques. Sous la houlette de deux de " nos " banquiers les plus en vue, pilotant chacun un groupe et non pas la filiale d'un acteur étranger, il s'agira aussi de renforcer la crédibilité du secteur après le départ controversé de Rik Vandenberghe et la mise en route au sein de la division belge du groupe néerlandais ING d'une restructuration brutale laissant sur le carreau pas moins de 3.000 personnes. Il se dit aussi que la nouvelle équipe devrait adopter une direction plus collégiale et plurielle, également mieux équilibrée linguistiquement. Histoire de faire valoir (tous) les intérêts des 65.000 personnes qui travaillent aujourd'hui dans l'industrie bancaire en Belgique. S.B.