Je ne sais pas quelle est votre résolution pour l'année 2018, et je sais encore moins si vous êtes en passe de la tenir ou pas, mais ce que je sais, en revanche, c'est que le fondateur de Facebook, le jeune milliardaire Mark Zuckerberg, a vraiment tenu sa résolution de " réparer " Facebook.
...

Je ne sais pas quelle est votre résolution pour l'année 2018, et je sais encore moins si vous êtes en passe de la tenir ou pas, mais ce que je sais, en revanche, c'est que le fondateur de Facebook, le jeune milliardaire Mark Zuckerberg, a vraiment tenu sa résolution de " réparer " Facebook. A vrai dire, il n'avait plus trop le choix. Motif ? Son réseau social n'a jamais été autant critiqué qu'en 2017. D'abord, avec l'élection de Donald Trump et les soupçons de manipulation de l'élection présidentielle par des entités russes. Les critiques ont été si vives à ce propos que lorsque les dirigeants de Facebook ont été auditionnés par des parlementaires américains, ces derniers leur ont intimé l'ordre de régler ce problème d'informations tronquées sinon ils allaient légiférer. Ensuite, depuis plusieurs mois, d'anciens responsables de Facebook ont dit publiquement qu'ils avaient honte de ce qu'ils avaient fait chez leur ancien employeur. En résumé, ces repentis ont avoué qu'ils avaient contribué à mettre en place une sorte de monstre addictif et destructeur du tissu social. Bref, la résolution de début d'année de Mark Zuckerberg tombait sous le sens. Fin de la semaine dernière, il a donc annoncé que dorénavant le fil d'actualité de Facebook allait donner plus d'importance aux photos, vidéos et liens partagés par les amis et la famille des utilisateurs. Son but est de favoriser les éléments qui suscitent commentaires et discussions. A contrario, tout ce qui se consomme de manière passive sera moins mis en avant. En d'autres mots, le patron de Facebook veut favoriser toutes les interactions qui ont du sens et faire du réseau social, je le cite, " une force de plus pour le bien ". En pratique, on se demande ce que cela va changer en termes de propagation de fausses nouvelles. Après tout, les vidéos et liens partagés par la famille et les amis sont à l'évidence la première cause de viralité de fausses informations sur les réseaux sociaux. Bizarre donc. Ce qui est certain en revanche, c'est que ce changement dans le fil d'actualité de Facebook va diminuer le temps passé sur ce réseau social. En effet, la différence entre Google et Facebook, c'est que Google gagne de l'argent en nous faisant gagner du temps dans nos recherches, tandis que Facebook gagne sa vie en nous faisant perdre le nôtre devant notre écran ! Bien entendu, l'action de Facebook a immédiatement chuté de 4% lors de cette annonce le 12 janvier dernier, car si les utilisateurs de Facebook passent moins de temps sur le réseau, les revenus publicitaires vont mécaniquement se tasser. Mais Facebook peut se le permettre, sa marge est de 50 % et rien que pour le 3e trimestre, ses revenus ont dépassé la barre des 10 milliards de dollars. Par contre, les médias et les marques ne sont pas très heureux de ce changement de priorité du fil d'infos car ils seront moins visibles sur le premier réseau social mondial. En effet, certains médias dépendent entre 50 % et 100 % de Facebook pour leur trafic. Avec cette décision, de nombreux éditeurs vont se rendre compte qu'ils n'avaient pas d'audience, mais juste un trafic.