Avec une croissance organique de 9% de son chiffre d'affaires (CA) entre janvier et avril, Aalberts a une fois encore réussi à convaincre. Sa capacité à fixer les prix lui a permis de préserver ses marges. L'entreprise industrielle a annoncé, avant son assemblée générale des actionnaires, avoir bien démarré l'exercice. Son CA à périmètre comparable avait déjà progressé de 15% au cours des quatre premiers moi...

Avec une croissance organique de 9% de son chiffre d'affaires (CA) entre janvier et avril, Aalberts a une fois encore réussi à convaincre. Sa capacité à fixer les prix lui a permis de préserver ses marges. L'entreprise industrielle a annoncé, avant son assemblée générale des actionnaires, avoir bien démarré l'exercice. Son CA à périmètre comparable avait déjà progressé de 15% au cours des quatre premiers mois du dernier exercice. Son carnet de commandes s'est envolé de 51%. La mise à jour ajoute que les marchés de débouchés se portent bien. Le plus important d'entre eux est celui de l'écologisation des bâtiments (58% du CA), un marché très porteur: pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux, le parc immobilier urbain va devoir être rendu plus vert, ce qui joue en faveur d'Aalberts, spécialisée, entre autres, dans les dispositifs qui permettent de rendre les immeubles moins énergivores. L'activité semi-conducteurs (9% du CA), qui fournit divers fabricants de machines à puces, demeure vigoureuse également. C'est notamment parce qu'elle développe elle-même de nombreux produits, qu'elle s'efforce de rendre aussi conformes que possible aux desiderata de ses clients, et qu'elle constitue des stocks, que l'entreprise est toujours en mesure de faire face aux problèmes d'approvisionnement. Les pénuries de personnel ne l'affectent pas outre mesure, ce qui confirme ses talents de gestionnaire. Son pouvoir de fixation des prix lui permet d'assurer la stabilité de ses marges et, partant, d'être en bonne voie pour atteindre ses objectifs financiers. Elle vise pour la période 2022-2026 une croissance organique de son CA de 4% à 6% par an, qui sera portée par l'innovation. Sa marge d'Ebitda devrait atteindre 16% à 18% (15,2% l'an passé). Nous relevons le bénéfice prévisionnel pour 2022 de 3,10 à 3,30 euros par action, soit, au cours actuel, un ratio cours/bénéfice escompté de 12,5, ce qui n'est pas trop cher pour une société comme Aalberts, active sur des marchés très porteurs. A acheter.