Allemagne

Croissance du PIB: 4,6%
...

Croissance du PIB: 4,6% PIB par habitant: 48.160 $ (56.870 $ en PPA) Inflation: 1% Solde budgétaire (% du PIB): -3,6 Population: 82,9 millions L'Union chrétienne-démocrate (CDU, libéraux-conservateurs) de la chancelière Angela Merkel (qui devra passer la main à la fin de son quatrième mandat, en septembre) va entamer l'année avec un nouveau dirigeant à sa tête. Le centriste Armin Laschet, ministre-président de Rhénanie- du-Nord-Westphalie, est donné favori. En tant que candidat à la présidence de la CDU, il aurait aussi toutes les chances de l'emporter lors des élections fédérales (en septembre). La vie politique restera polarisée par la politique migratoire et climatique, mais la CDU ressort renforcée de la pandémie. Croissance du PIB: 4,7% PIB par habitant: 53.123 $ (60.280 $ en PPA) Inflation: 1,7% Solde budgétaire (% du PIB): -3,1 Population: 8,7 millions Les caisses de l'Etat autrichien étaient bien remplies quand il a abordé la crise sanitaire, et il va dépenser sans compter pour atténuer les répercussions du virus. Son gouvernement, une coalition du Parti populaire autrichien (ÖVP) et des Verts, est le premier d'Europe à allier un parti de centre droit et une formation écologiste. Ne disposant que d'une majorité de 11 sièges au Parlement, il va devoir obtenir le soutien d'autres partis, notamment celui du Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite), afin de conserver le pouvoir. L'économie va se redresser, mais la reprise sera freinée par les faibles prestations du tourisme et la prudence des consommateurs. Croissance du PIB: 5,4% PIB par habitant: 46.150 $ (53.220 $ en PPA) Inflation: 1% Solde budgétaire (% du PIB): -5,1 Population: 11,6 millions Une nouvelle coalition gouvernementale a été formée fin 2020, comprenant sept partis. Alexander De Croo (Open Vld) a été nommé Premier ministre. Les divergences idéologiques au sein de la coalition vont limiter les réformes importantes: les partis socialistes veulent augmenter les dépenses, tandis que les libéraux entendent éviter toute hausse des impôts. La complexité du système politique belge et la fragilité de cette coalition vont rendre difficile la gestion de la pandémie. Croissance du PIB: 3,7% PIB par habitant: 10.840 $ (25.230 $ en PPA) Inflation: 2,5% Solde budgétaire (% du PIB): -2,5 Population: 6,9 millions Des législatives sont prévues pour le printemps de 2021. A la fin 2020, le parti au pouvoir, les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie, a cédé face à de grandes manifestations anticorruption et appelé à une nouvelle Constitution pour redorer son blason. Croissance du PIB: 4,7% PIB par habitant: 14.950 $ (28.210 $ en PPA) Inflation: 1,1% Solde budgétaire (% du PIB): -4,7 Population: 4,1 millions Andrej Plenkovic est resté Premier ministre après les élections de juillet 2020, à la tête d'une coalition menée par son parti de centre droit, l'Union démocratique croate (HDZ). Lors de son second mandat, Plenkovic va chercher à resserrer les liens avec l'UE, ce qui passerait par l'entrée dans l'espace Schengen et l'adoption de l'euro. Le pays s'en est bien sorti dans les premières phases de la pandémie de Covid-19, mais il va être durement touché par la baisse du tourisme. Croissance du PIB: 4,1% PIB par habitant: 61.280 $ (60.780 $ en PPA) Inflation: 0,5% Solde budgétaire (% du PIB): -2,7 Population: 5,8 millions Un confinement strict et prompt allié à de généreuses subventions a réduit l'impact du Covid-19. En 2021, la reprise va ramener l'économie danoise à son niveau de 2019. La Première ministre, Mette Frederiksen, va bénéficier du climat d'unité nationale engendré par la crise, et les divisions entre le gouvernement minoritaire dirigé par son parti, la Social- démocratie (SD), et ses alliés de la " coalition rouge " (centre gauche), devraient disparaître jusqu'à nouvel ordre. Croissance du PIB: 6,8% PIB par habitant: 29.600 $ (40.450 $ en PPA) Inflation: 0,9% Solde budgétaire (% du PIB): -7,4 Population: 46,8 millions Ce pays aura été l'un des plus gravement atteints par le virus, ce qui a suscité un élan d'unité de la part des partis politiques, habituellement querelleurs. Mais les divergences idéologiques n'ont pas tardé à refaire surface, et fin 2020 il n'était guère certain que la coalition entre le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE, centre gauche) et Podemos (extrême gauche) tiendrait au-delà du vote du budget 2021, et encore moins que le Premier ministre irait au bout d'un mandat qui s'achève théoriquement en 2023. La crise sanitaire a débouché sur une crise économique, et la reprise promet d'être lente et accompagnée d'une forte baisse du niveau de vie. Croissance du PIB: 4,3% PIB par habitant: 24.590 $ (39.130 $ en PPA) Inflation: 2,7% Solde budgétaire (% du PIB): -4,3 Population: 1,3 million Les désaccords au sein du gouvernement de coalition du Premier ministre, Juri Ratas, constitué du Parti populaire conservateur d'Estonie (Ekre, populiste et euro- sceptique) et de l'Isamaa (ou Pro Patria, centre droit), sur des thèmes comme l'immigration vont refaire surface à mesure que la crise sanitaire va prendre fin. L'économie ne s'est pas encore remise de la récession sur les marchés d'exportation essentiels. La persistance du chômage et la baisse des salaires vont pénaliser la croissance. Croissance du PIB: 2,4% PIB par habitant: 50.780 $ (51.330 $ en PPA) Inflation: 1,2% Solde budgétaire (% du PIB): -4,3 Population: 5,5 millions Les querelles au sein de la coalition gouvernementale de Sanna Marin dans des domaines comme la politique du climat vont ressurgir. Le Parti des Finlandais (extrême droite), formation d'opposition, va exploiter le mécontentement grandissant vis-à-vis de l'immigration et de l'austérité. Croissance du PIB: 7,1% PIB par habitant: 43.000 $ (49.670 $ en PPA) Inflation: 1,5% Solde budgétaire (% du PIB): -7,4 Population: 65,4 millions Le plan de relance de la France a ceci d'inhabituel qu'il repose sur des mesures de stimulation de l'offre, et non de la demande. Emmanuel Macron prend le pari que ces mesures suffiront à redresser sa cote de popularité, en prévision de l'élection présidentielle d'avril 2022. L'économie va revenir à son niveau antérieur. Croissance du PIB: 3,5% PIB par habitant: 19.680 $ (31.230 $ en PPA) Inflation: 0,2% Solde budgétaire (% du PIB): -3,7 Population: 10,4 millions Libéré temporairement du carcan des exigences budgétaires de l'UE, le gouvernement de centre droit de Kyriakos Mitsotakis va s'attacher à rattraper la perte, liée à la pandémie, de près d'un quart de siècle de croissance. L'aide financière du fonds de relance de l'UE, équivalant à 18% du PIB, est la bienvenue, mais l'équipe de Mitsotakis va avoir bien besoin du capital de sympathie accumulé grâce à sa gestion avisée de la crise. Croissance du PIB: 4,8% PIB par habitant: 16.600 $ (34.260 $ en PPA) Inflation: 2,7% Solde budgétaire (% du PIB): -3,9 Population: 9,6 millions Une monnaie faible et de forts taux d'endettement ont privé le gouvernement de Viktor Orbán des munitions nécessaires pour lutter contre les effets économiques de la pandémie, même si un confinement précoce a limité les dégâts. Une enveloppe de 6,5 milliards de dollars (5,4 milliards d'euros) du fonds de sauvetage de l'UE va stimuler la reprise, compensant la réduction d'autres aides de l'UE. Croissance du PIB: 4,3% PIB par habitant: 84.630 $ (90.870 $ en PPA) Inflation: 0,5% Solde budgétaire (% du PIB): -5,3 Population: 5 millions Micheál Martin, le Premier ministre à la tête de la première coalition entre ces deux partis rivaux que sont le Fianna Fáil et le Fine Gael, aux côtés des Verts, a pris ses fonctions au plus fort de la pandémie, mais au moins il mesure le prochain grand défi qui l'attend: le départ définitif de l'UE d'un partenaire commercial essentiel, le Royaume-Uni, en 2021. Le régime frontalier entre la république d'Irlande et l'Irlande du Nord ne sera réglé qu'à la dernière minute, d'où des perturbations inévitables en vue pour le commerce. Croissance du PIB: 5,8% PIB par habitant: 33.630 $ (42.610 $ en PPA) Inflation: 0,8% Solde budgétaire (% du PIB): -5,2 Population: 60,4 millions Au nom de l'intérêt national, le gouvernement de coalition, divisé, présente un front uni, mais le Premier ministre ne dispose pas d'un soutien suffisant pour mener les réformes économiques indispensables, comme la réduction de la paperasserie et la lutte contre la corruption. L'économie italienne va connaître l'une des récessions les plus fortes d'Europe. Croissance du PIB: 4,9% PIB par habitant: 17.680 $ (22.850 $ en PPA) Inflation: 0,9% Solde budgétaire (% du PIB): -2,4 Population: 1,9 million Le gouvernement de centre droit est entré en fonction juste à temps pour affronter le début de la pandémie de Covid-19, et comme prévu, il a déclaré l'état d'urgence. Avec la reprise économique, les divisions au sein de la coalition vont réapparaître. La dépendance envers les exportations a rendu l'économie particulièrement vulnérable pendant la crise, mais la hausse de la demande européenne va tirer la croissance en 2021. Croissance du PIB: 3,8% PIB par habitant: 22.230 $ (40.360 $ en PPA) Inflation: 1,6% Solde budgétaire (% du PIB): -2,4 Population: 2,7 millions Une coalition instable a été remplacée par une alliance de gouvernement tout aussi fragile lors des élections d'octobre 2020, avec à sa tête l'Union de la patrie - Chrétiens-démocrates lituaniens (TS-LKD, centre droit), parti d'opposition. Les objectifs du pays à long terme (remédier à la faible natalité, endiguer l'émigration à grande échelle et renforcer les liens avec l'UE et l'Otan) gardent toute leur importance, mais la priorité sera de réparer les dommages du Covid-19. Croissance du PIB: 3% PIB par habitant: 70.130 $ (66.670 $ en PPA) Inflation: 1,4% Solde budgétaire (% du PIB): 1,3 Population: 5,4 millions Forte de ses mesures efficaces contre la pandémie, la coalition de centre droit est bien placée pour les élections législatives de septembre 2021. Les cours pétroliers en berne entraînent une baisse des exportations, mais le fonds souverain pétrolier norvégien, bien garni, confère au gouvernement une certaine souplesse budgétaire pour atténuer les effets de la pandémie. Croissance du PIB: 4,1% PIB par habitant: 55.980 $ (59.140 $ en PPA) Inflation: 1,1% Solde budgétaire (% du PIB): -2,1 Population: 17,4 millions La coalition au pouvoir ne dispose de la majorité dans aucune des deux chambres, et accomplit son mandat tant bien que mal. Pourtant, grâce à une gestion de la pandémie assez bien accueillie par la population, elle devrait être en tête aux élections de mars, tandis que le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD, centre droit), sous la houlette du Premier ministre, Mark Rutte, sera la formation la plus importante. Son programme de réduction d'impôts va passer au second plan, éclipsé par la nécessité de relancer l'économie. Croissance du PIB: 4,2% PIB par habitant: 16.100 $ (35.000 $ en PPA) Inflation: 2,4% Solde budgétaire (% du PIB): -3,9 Population: 37,8 millions Le gouvernement, mené par le parti Droit et Justice (PiS), conservateur, partisan du dirigisme économique, va prôner des réformes institutionnelles visant notamment à soumettre davantage la justice au contrôle de l'exécutif, ainsi qu'à restreindre la liberté d'action des médias indépendants. L'UE va maugréer, mais les alliés de la Pologne au sein du bloc empêcheront toute mesure de rétorsion à son encontre. Croissance du PIB: 5% PIB par habitant: 23.410 $ (35.430 $ en PPA) Inflation: 0,4% Solde budgétaire (% du PIB): -3 Population: 10,2 millions Le Premier ministre socialiste, António Costa, qui effectue un deuxième mandat à la tête d'un gouvernement minoritaire, va avoir plus du mal à obtenir le soutien du Parlement pour mettre en oeuvre son programme. Après un excédent budgétaire en 2019, les dépenses liées au Covid-19 ont creusé le déficit, et les années à venir seront placées sous le signe de la rigueur. Le choc économique provoqué par le confinement national et les restrictions de circulation internationales a été important. Croissance du PIB: 4,4% PIB par habitant: 24.800 $ (42.830 $ en PPA) Inflation: 1,9% Solde budgétaire (% du PIB): -3,9 Population: 10,7 millions Le Premier ministre, Andrej Babis, dirige une coalition chancelante, composée du mouvement ANO (centriste) et du Parti social- démocrate tchèque (centre gauche). Il doit en effet pactiser avec le Parti communiste de Bohème et de Moravie. Mais il aborde les élections d'octobre en espérant décrocher un second mandat. Babis va poursuivre une politique étrangère favorable à l'UE, tout en faisant pression sur Bruxelles pour obtenir davantage de financements. Croissance du PIB: 4,2% PIB par habitant: 13.050 $ (32.650 $ en PPA) Inflation: 2,8% Solde budgétaire (% du PIB) : -6,6 Population: 19,1 millions Après un hiatus pour faire face à la pandémie, l'instabilité politique revient. Principale formation d'opposition, le Parti social- démocrate est en proie au désarroi, et le gouvernement minoritaire conduit par le Parti national libéral (PNL, droite) va aller jusqu'au bout de la législature, qui prend fin début 2021. Les élections législatives, prévues pour le mois de mai, vont aboutir à la formation d'une coalition de centre droit centrée sur le PNL. Croissance du PIB: 6,9% PIB par habitant: 40.290 $ (47.130 $ en PPA) Inflation: 0,5% Solde budgétaire (% du PIB): -7,1 Population: 68,2 millions Le pays va entamer l'année 2021 en dehors de l'UE, sans doute sans nouvel accord commercial avec son plus grand partenaire. Cela aura des répercussions importantes dans certains secteurs, mais l'impact du Covid-19 sera bien plus grave. Le gouvernement conservateur du Premier ministre, Boris Johnson, avait promis un programme d'investissement pour relancer la productivité, mais il va peut-être devoir réduire la voilure au nom de la rigueur budgétaire réclamée par son propre parti. Croissance du PIB: 3% PIB par habitant: 10.540 $ (28.470 $ en PPA) Inflation: 3,9% Solde budgétaire (% du PIB): -2 Population: 148,9 millions Le Covid-19 a frappé de plein fouet l'économie, et la faiblesse des prix du pétrole, la demande planétaire ralentie, la politique budgétaire prudente du pays et les sanctions occidentales vont plomber la reprise en 2021. Les réformes constitutionnelles renforcent la présidence et permettent théoriquement à Vladimir Poutine de rester à son poste jusqu'en 2036. Croissance du PIB: 6,4% PIB par habitant: 20.470 $ (34.090 $ en PPA) Inflation: 1,9% Solde budgétaire (% du PIB): -4,6 Population: 5,5 millions Le pays a été l'un des moins atteints par les conséquences sanitaires du Covid-19, mais l'un de ceux dont l'économie a le plus souffert. Le gouvernement de droite du Premier ministre, Igor Matovic, à la tête du parti Gens ordinaires et personnalités indépendantes (OLaNO, conservateur), a été investi pendant le confinement et a pris diverses mesures budgétaires. Sa coalition, bien que rassemblée autour d'un ordre du jour anticorruption, va avoir du mal à s'entendre sur les priorités en matière de dépenses. Croissance du PIB: 5% PIB par habitant: 24.740 $ (40.150 $ en PPA) Inflation: 1,5% Solde budgétaire (% du PIB): -5,1 Population: 2,1 millions Le Premier ministre, Janez Jansa, du Parti démocratique slovène (centre droit), mène la toute dernière d'une série de coalitions fragiles. Il pourrait ne pas terminer son mandat. Les sympathies de Jansa envers les climatosceptiques et les nationalistes anti-immigration vont déclencher de nouvelles manifestations. Les cas d'infection et les morts du Covid-19 ont été relativement peu nombreux, mais l'économie, tributaire du tourisme avec l'Italie, s'en est considérablement ressentie. Croissance du PIB: 2,9% PIB par habitant: 55.690 $ (56.880 $ en PPA) Inflation: 1,2% Solde budgétaire (% du PIB): -2,5 Population: 10,2 millions Une politique relativement peu interventionniste face au Covid-n'a finalement pas protégé l'économie et contribué à un fort taux de mortalité, sapant le soutien dont bénéficiait le gouvernement de coalition de centre gauche du Premier ministre Stefan Löfven. Une commis- sion multipartite s'est efforcée de par- venir à un accord sur la politique migratoire, afin de couper l'herbe sous le pied aux Démocrates de Suède, parti d'extrême droite, sans heurter les sensibilités progressistes. Cette question va rester au coeur de l'actualité politique, une législation temporaire prenant fin en 2021. Croissance du PIB: 3,5% PIB par habitant: 84.770 $ (70.270 $ en PPA) Inflation: 0,3% Solde budgétaire (% du PIB): -1,2 Population: 8,7 millions L'Union démocratique du centre (UDC, droite), qui détient le plus grand nombre de sièges au Parlement et deux des sept postes du Conseil fédéral (le gouvernement), est de plus en plus menacée par les Verts, le parti connaissant la plus forte progression. Un référendum proposé par l'UDC sur une limitation de l'immigration en provenance de l'UE a été rejeté en septembre 2020, ce qui constitue un nouveau camouflet pour cette formation. Croissance du PIB: 3,6% PIB par habitant: 7.690 $ (29.900 $ en PPA) Inflation: 10,8% Solde budgétaire (% du PIB): -4,8 Population: 85 millions Le président, Recep Tayyip Erdogan, a réagi à la crise économique provoquée par le Covid-19 en demandant à la Banque centrale d'assouplir la politique monétaire et en injectant davantage de liquidités dans l'économie par l'intermédiaire des banques sous tutelle de l'Etat, nuisant ainsi à la stabilité du pays, déjà fragile. Les créanciers étrangers sur lesquels le pays compte deviennent de plus en plus prudents. Le pays doit s'attendre à un réveil douloureux en 2021 et voit son isolement s'aggraver. Croissance du PIB: 5,7% PIB par habitant: 3.750 $ (13.630 $ en PPA) Inflation: 6,7% Solde budgétaire (% du PIB): -4,4 Population: 41,7 millions L'ambitieux programme de réformes proposé par le président Volodymyr Zelensky a été balayé par la pandémie, et le confinement a gommé une bonne partie de la croissance économique enregistrée depuis le choc de l'annexion de la Crimée par la Russie, en 2014. Les créanciers internationaux vont être patients pour l'instant, mais l'Ukraine va devoir reprendre les réformes si elle veut honorer ses créances.