Pour les actionnaires d'Euronav (lire également en page 6), les deux dernières années n'ont pas été faciles : le cours a été amputé de moitié. Nous nous attendons cependant à une belle ascension du cours dans les prochaines années car, d'une part, la direction du groupe a pris les mesures qui s'imposent et, d'autre part, les tarifs de fret sont en voie d'amélioration. Nous intégrerons l'action en portefeuille modèle en plusieurs étapes. L'objectif est d'acheter 500 titres. Pour les 300 premiers, nous plaçons d'ores et déjà un ordre d'achat. Pour le solde, cela dépendra des résultats du troisième trimestre, qui seront publiés le 31 octobre.
...

Pour les actionnaires d'Euronav (lire également en page 6), les deux dernières années n'ont pas été faciles : le cours a été amputé de moitié. Nous nous attendons cependant à une belle ascension du cours dans les prochaines années car, d'une part, la direction du groupe a pris les mesures qui s'imposent et, d'autre part, les tarifs de fret sont en voie d'amélioration. Nous intégrerons l'action en portefeuille modèle en plusieurs étapes. L'objectif est d'acheter 500 titres. Pour les 300 premiers, nous plaçons d'ores et déjà un ordre d'achat. Pour le solde, cela dépendra des résultats du troisième trimestre, qui seront publiés le 31 octobre. À l'occasion du 10e anniversaire de la cotation en Bourse de Fagron, son directeur Hans Stols a sonné l'ouverture d'Euronext Amsterdam le 5 octobre. Ce jour-là, il a annoncé une deuxième acquisition depuis que l'entreprise a de nouveau la latitude suffisante pour le faire. Elle a en effet remboursé début juillet une obligation de 225 millions d'euros. All Chemistry est un fournisseur brésilien de matières premières pharmaceutiques. La société a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires (CA) de 4,5 millions d'euros, avec une marge bénéficiaire comparable à celle de Fagron au Brésil (environ 20 %). Le marché a apprécié l'annonce, et a salué l'action avec une hausse de 5 %. En août, Fagron avait annoncé la reprise de Kemig, un fournisseur croate de matières premières pharmaceutiques et de matériaux d'emballage actif dans son pays d'origine et en Bosnie-Herzégovine. Fagron remet en oeuvre, comme annoncé, sa stratégie " buy and build ", tout en tirant les enseignements du passé. Ce qui suppose que le groupe ne procédera pas à des acquisitions trop importantes dans un premier temps. Son taux d'endettement représentait fin juin 2,66 fois le cash-flow opérationnel récurrent (REBITDA), et le directeur Stols a précisé vouloir maintenir ce ratio sous 3. En revanche, le marché a mal accueilli le rapport du troisième trimestre : l'action s'est tassée de plus de 6 %. Le CA est inférieur aux attentes, et l'annonce des problèmes de livraison en Europe, surtout, a sapé l'ambiance. Des laboratoires externes ont accusé du retard dans la validation de matières premières achetées en dehors de l'Europe. D'après la direction du groupe, ces problèmes seront résolus en grande partie d'ici le premier trimestre 2018. Au troisième trimestre, le CA de Fagron s'est accru de 0,2 %, de 103,4 à 103,6 millions d'euros (+3,7 %, à 325,3 millions d'euros après neuf mois), contre 106,1 millions attendus. Sans tenir compte de la petite division HL Technology (composants orthopédiques de précision ; CA : +17,2 %, à 1,8 million d'euros), le CA a reculé de 0,1 %, à 101,8 millions d'euros, ce qui donne lieu, après neuf mois, à une hausse de 4,1 %, à 320 millions. À cours de change constant, la hausse ressort à 0,9 %, et en termes récurrents (hors acquisitions ou désinvestissements), la progression se chiffre à 2,1 %. En Europe, le CA a reculé de 0,8 %, à 57,5 millions d'euros (récurrent : +1,2 %) en conséquence des retards évoqués plus haut. Après neuf mois, on note encore une augmentation de 1,7 %, à 186,4 millions d'euros. L'Amérique du Sud évolue toujours très bien : CA en hausse de 2,7 %, à 25,8 millions d'euros (+11,8 %, à 75,3 millions, après neuf mois) grâce à la croissance persistante des volumes. Aux États-Unis, le CA a reculé de 1,4 %, à 18,5 millions d'euros (+4,1 % hors effet négatif du dollar), ce qui se traduit par une progression du CA de 2,7 % après neuf mois, à 58,4 millions d'euros. Le CA des activités non stériles (matières premières et concepts) s'est replié de 27,4 %, mais est stable par rapport au premier semestre, tandis que les activités stériles ont à nouveau affiché une croissance à deux chiffres (+11,4 %). Depuis l'abaissement de notre conseil, début août, l'action a reflué de 15 %. Nous sommes heureux de savoir que le groupe remet en oeuvre sa stratégie buy and build, et nous nous attendons à de nouvelles étapes dans ce cadre prochainement. Nous considérons les problèmes de livraison en Europe comme temporaires. C'est pourquoi nous relevons notre conseil à " digne d'achat " (rating 1B). Nous considérons comme temporaires les problèmes de livraison en Europe que rencontre Fagron.