Fini l'avion pour Amsterdam, Londres ou Paris. Dès le 1er octobre, les fonctionnaires flamands ne pourront plus utiliser ce moyen de transport pour des déplacements de service de moins de 500 kilomètres ou de six heures de voyage terrestre. Et ce à moins qu'ils puissent prouver que...

Fini l'avion pour Amsterdam, Londres ou Paris. Dès le 1er octobre, les fonctionnaires flamands ne pourront plus utiliser ce moyen de transport pour des déplacements de service de moins de 500 kilomètres ou de six heures de voyage terrestre. Et ce à moins qu'ils puissent prouver que le recours à un autre type de transport risquerait d'entraîner " une perte disproportionnée de temps ou de moyens ". Hasard du calendrier, cette décision du gouvernement flamand tombe pratiquement en même temps que le premier vol commercial d'Air Antwerp. Constituée par KLM (25%) et la société irlandaise CityJet Designed Activity Company (75%), cette nouvelle compagnie aérienne ne possède qu'un seul avion - un Fokker pratiquement trentenaire - et ne propose qu'une seule destination - Londres - que la compagnie reliera au départ de l'aéroport de Deurne trois fois par jour en semaine et une fois par week-end, le dimanche. Ce télescopage jette un doute sur la viabilité d'une telle liaison aérienne, d'autant que l'aventure de la défunte VLM Airlines n'a pas vraiment été couronnée de succès. Il n'existe pas de liaison directe en train, plaide pourtant Marcel Beullens, CEO de l'aéroport. Anvers, poursuit-il, " possède une belle gare mais lorsque l'on arrive à Bruxelles-Midi, cela ressemble davantage au Kosovo qu'à Bruxelles-Capitale. Et s'il faut, en plus, changer de train à Lille, tout agrément du voyage a disparu. "