Le changement de CEO, l'an passé, à la tête d'EASI, ce groupe informatique nivellois bien connu, n'aura pas eu d'impact négatif sur la qualité de l'environnement de travail qu'il propose. C'est en tout cas ce que l'on peut déduire de sa troisième place au classement des meilleu...

Le changement de CEO, l'an passé, à la tête d'EASI, ce groupe informatique nivellois bien connu, n'aura pas eu d'impact négatif sur la qualité de l'environnement de travail qu'il propose. C'est en tout cas ce que l'on peut déduire de sa troisième place au classement des meilleurs employeurs d'Europe 2020 - et donc meilleure entreprise belge - établi par l'Institut Great Place to Work. Ce n'est pas la première fois qu'EASI se voit consacrée comme lieu de travail particulièrement agréable puisqu'elle a déjà remporté plusieurs fois le prix " Best Workplace " pour la Belgique ces dernières années. Ce prix européen est décerné aux entreprises qui ont obtenu un score positif à un diagnostic mené par Great Place to Work après analyse d'un " Trust Index " et d'un " Cultural Index ", deux étalons de mesures mis en place par l'institut sur base de questionnaires envoyés à l'ensemble du personnel des entreprises, lesquelles postulent pour l'obtention du prix. Le diagnostic, payant pour les entreprises participantes, permet de mesurer le niveau de satisfaction, d'engagement et de motivation du personnel. Le fondateur d'EASI, Salvatore Curaba, avait toujours mis un point d'honneur à favoriser le bonheur dans son entreprise en choyant ses employés. Il semblerait que les actuels CEO Thomas Van Eeckhout et Jean-François Herremans tiennent aussi à reprendre le flambeau dans ce domaine.