Il n'est pas impossible que l'actuelle proposition rejoigne certaines réussites majeures du musée louviérois, comme l'impressionnante exposition des travaux de David Lynch qui y était présentée au printemps 2013.
...

Il n'est pas impossible que l'actuelle proposition rejoigne certaines réussites majeures du musée louviérois, comme l'impressionnante exposition des travaux de David Lynch qui y était présentée au printemps 2013. Jean Dubuffet (1901-1985) fait partie des artistes du 20e siècle au style instantanément identifiable, déclinant dans toutes les disciplines exercées - peintures, sculptures, calligraphies - ses géniales manies visuelles. Celles-ci, il ne l'a jamais caché, ont été profondément marquées par ce qui sera dénommé art brut, que l'intransigeant et volontiers atrabilaire artiste collectionne avec maniaquerie dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Soit des oeuvres qui, au milieu du 20e siècle, en provenance des marginaux, taulards, handicapés mentaux, déviants, ne sont nullement prises en compte par le monde de l'art. Mais qui, depuis quelques décennies maintenant, honorent la production des artistes autres, par exemple ceux du Créahm belge. Dubuffet va profondément s'en imprégner et y puiser d'évidentes inspirations. Le preneur d'empreintes - joli titre de l'exposition - consiste en pas moins de 300 oeuvres reflétant autant de matières fascinantes, reliefs mystérieux et autres codages aux signes multiples. L'expo se déploie donc en deux temps : la série des Phénomènes est une sorte de planète observée par ses déploiements naturels, un peu comme si Yann Arthus-Bertrand avait pris du LSD plutôt que de la montgolfière pour réaliser des lithographies qui sont autant d'ébauches de croûte terrestre soumises à l'imagination fertile de l'artiste. Une autre partie de l'expo creuse les recherches ayant présidé à cette production d'estampes du 20e siècle. Lithos, peintures, livres, assemblages, il semble bien que pour Dubuffet - qui crée sa propre fondation dès 1973 - la devise sky is the limit soit rapidement devenue la sienne.