Année après année, les ventes de rosé explosent. L'an dernier, Colruyt en a écoulé un million de litres de plus qu'en 2019! Il n'est sans doute pas loin le temps où, comme en France et malgré notre climat plus tempéré, il dépassera le vin blanc dans le hit-parade commercial. Il y a plusieurs raisons à cette tendance. D'une part, la qualité, surtout en France, ne cesse de grimper. D'autre part, le rosé est un compagnon idéal pour tous les moments, de l'apéro au dessert. En outre, il est capable de se marier avec toutes les cuisines ou types de plats. On ne peut pas en dire autant du rouge ou du blanc. Enfin, il est d'un abord plus facile pour les amateurs.
...

Année après année, les ventes de rosé explosent. L'an dernier, Colruyt en a écoulé un million de litres de plus qu'en 2019! Il n'est sans doute pas loin le temps où, comme en France et malgré notre climat plus tempéré, il dépassera le vin blanc dans le hit-parade commercial. Il y a plusieurs raisons à cette tendance. D'une part, la qualité, surtout en France, ne cesse de grimper. D'autre part, le rosé est un compagnon idéal pour tous les moments, de l'apéro au dessert. En outre, il est capable de se marier avec toutes les cuisines ou types de plats. On ne peut pas en dire autant du rouge ou du blanc. Enfin, il est d'un abord plus facile pour les amateurs. Cet engouement attise évidemment les convoitises. Depuis quelques années, les grandes fortunes et les grands groupes se ruent sur les domaines, principalement provençaux. Il faut dire que la terre, malgré la flambée récente des prix, y demeure moins chère que dans les terroirs des grands crus bordelais ou bourguignons et que la Provence est la région qui a le plus progressé à l'export ces 20 dernières années. Quelques exemples? LVMH a acquis le Château du Galoupet, un des crus classés provençaux ; Jean-Louis Bouchard, le patron d'Econom, a mis la main sur le Château de Fontainebleau ; Michel Reybier (Cochonou et Aoste), déjà propriétaire du fameux Cos d'Estournel en Saint-Estèphe, a repris l'an dernier La Mascaronne, l'un des meilleurs rosés de France. La liste est longue et contient quelques stars. Comme évidemment Brad Pitt et Angelina Jolie, véritables amateurs de vin, à Miraval. Ceux-ci vont avoir des voisins tout aussi célèbres sous peu. Amal et George Clooney viennent en effet de se porter acquéreurs du Domaine du Canadel à Brignoles, dans le Var. Il s'agit avant tout d'un lieu de villégiature mais le domaine de 172 hectares contient quand même quatre hectares de vignes conduites en bio dont le vin part directement à la coopérative locale. Cela va-t-il changer avec George? Quoi qu'il en soit, cet été, ce sera du rosé, what else? A l'instar des Chapoutier ou des Guigal dans le Rhône, la famille de Lorgeril, présente dans l'Aude depuis le début du 17e siècle, est garante d'une qualité certaine. Le représentant de la 10e génération s'appelle Nicolas, mais c'est son épouse Miren qui est à la tête de ce qui est devenu un véritable empire dans le Languedoc. Après avoir dirigé l'appellation Cabardès, elle préside désormais aux destinées du CIVL, le puissant Conseil interprofessionnel des vins du Languedoc. Chez les de Lorgeril, on aime depuis très longtemps les rouges du Château de Pennautier ou de La Borie Blanche, deux de leurs six domaines. Mais ici, nous nous sommes tournés vers leur activité de négociants. Arrivé en Belgique l'an dernier, Ô de Rosé est une vraie réussite. Un rosé languedocien (syrah et grenache) comme on les aime qui allie fraîcheur et complexité. Une cuvée élégante qu'on réservera à la table, notamment sur des poissons grillés. Ô de Rosé 2020 est disponible chez Cinoco-Palais du Vin (www.palaisduvin.be) au prix de 11,77 euros. On ne quitte pas l'Aude. Avec Jean- Claude Mas, Brigitte Jeanjean et Gérard Bertrand, Foncalieu est très certainement le nom qui porte le plus haut et le plus loin les couleurs du Languedoc. Les vignobles Foncalieu sont en réalité une coopérative de 650 vignerons créée en 1967. Ils s'étendent sur 4.000 hectares entre Carcassonne et le canal du Midi. Nous vous emmenons dans un endroit étonnant: le Château Haut Gléon, un domaine situé en plein coeur du massif des Corbières dans une zone qui a longtemps été enclavée et protégée: la Vallée du Paradis. Elle a donné naissance à une IGP relativement confidentielle qui ne s'étend que sur 12 communes. A Haut Gléon, Foncalieu produit évidemment des AOC Corbières sous le nom du Château mais aussi des IGP Vallée du Paradis sous l'appellation Domaine Haut Gléon. Le Rosé 2020 est une vraie réussite. Il s'agit d'un "gris" d'une belle fraîcheur, très aromatique et aux notes de fruits rouges et de fleurs blanches. Il est distribué en Belgique par B & CO à Courtrai (www.b-en-co.be). Prix: 12,90 euros. Dans le Languedoc, les vins de Cabrières ont toujours été à part. L'histoire raconte que Louis XIV se faisait livrer abondamment de ces vins qu'on appelait les vins vermeils. Evidemment, il fallait l'audace d'un Gérard Bertrand pour raviver cette flamme. Sur un domaine particulier à 200 m d'altitude se trouve un clos de huit hectares qui abrite cinq cépages dont de vieux grenaches mais aussi du viognier. Cet endroit, conduit en biodynamie, l'ancien rugbyman l'a choisi pour produire son rosé iconique comme il l'a fait jadis au Clos d'Ora, un endroit sauvage de toute beauté, pour son rouge très haut de gamme. Le Clos du Temple ne produit que du rosé. Sa cuvée éponyme a été élue meilleur rosé du monde l'an dernier. Ce Clos du Temple 2019 est une pure merveille qui a été élaborée pour être un vin de garde avec un long passage en barrique, pour trôner fièrement sur les plus grandes tables (il a été lancé chez Guy Savoy à Paris) et pour accompagner les produits les plus nobles comme le homard ou la langouste. C'est fin, minéral, élégant, complexe et long. Un tout grand vin qu'on trouvera chez E-wines (www.e-wines.be) au prix de 184,50 euros. On l'avoue, on était plus que sceptique. Un rosé en canette de 25 cl? Cela sentait le produit bas de gamme, genre tord-boyau. Et surprise, c'est pas mal du tout. Ce n'est pas le coup du siècle mais la Maison Mirabeau a pris les bonnes mesures pour son Prêt-à-Porter, rosé to go! Il faut dire que Stephen et Jeany Cronk, un couple londonien qui a émigré en Provence en 2009, font un travail magnifique et original à Cotignac. Leurs deux rosés haut de gamme, Pure et Etoile, ont collectionné les médailles d'or dans les concours ces dernières années. Ils élaborent aussi un gin rosé et des bulles. La qualité du travail se lit dans cette canette, une compagne agréable pour les pique- niques ou les lunchs sur la plage. Prêt-à-Porter, un produit destiné aux cavistes, est disponible à un prix variant entre 3 et 4 euros auprès de Schenk Belgique (disponibilités auprès de sylvie.lantain @schenk.be). L'an dernier, nous vous avions parlé abondamment des vignobles de l'appellation AOP Les Baux-de-Provence ( Trends-Tendances du 29 octobre 2020). Hors saison, nous n'avions que peu dégusté les rosés qui représentent quasi 40% de la production. Le mistral nous les a apportés ce printemps et qu'il en soit remercié. On adore le Château Dalmeran 2020. Un rosé de gastronomie ou de fourchette, comme les vignerons disent là-bas, qui allie fraîcheur, complexité, longueur et puissance. L'un des meilleurs que nous avons dégustés ces dernières semaines. Béatrice et Neil Joyce, bien installés à Saint-Etienne-du-Grès dans un domaine parsemé de vestiges gallo-romains, ont assemblé du cinsault, du grenache et du cabernet sauvignon. Ne le galvaudez pas à l'apéro mais accordez-le plutôt avec de belles grillades d'agneau ou de boeuf, voire à de la cuisine asiatique relevée. Les vins du couple Joyce sont désormais disponibles à la Cave des Sommeliers à Habay (www.la-cave-des- sommeliers.com). Le rosé y est vendu à 20,98 euros. Avec l'arrivée des nouvelles générations et l'installation de jeunes vignerons, l'appellation Gaillac, située au nord de Toulouse, est en plein renouveau. Avec un accent mis sur les cépages autochtones aux noms poétiques comme le prunelart, le loin de l'oeil ou le braucol. Ici, c'est un autre cépage du cru, le duras, un raisin noir, qui a la part belle. Associé à la syrah, il fournit un chouette rosé appelé Les Graviers. C'est le rosé du Château Lastours où Jean de Faramond a brillamment repris le flambeau depuis quelques années. Voilà typiquement un rosé de copains qui se boit sans fin les soirs d'été. Il allie fraîcheur, acidité et une bonne dose de gras. Il est facturé 6,70 euros par la Maison Pirard (www.vinspirard.be). Le Cellier des Chartreux est une autre coopérative très qualitative. Installée au nord d'Avignon, elle couvre aujourd'hui 400 hectares de vignes rhodaniennes. A côté de vins classiques en appellation, elle se lâche aussi avec des cuvées créatives aux noms détonants. Ainsi, Papa Poule est un peu pompette est, à l'instar des Graviers, un glouglou de potes par excellence. Un rosé clair tout-terrain qu'on évitera de servir glacé. Il est jusqu'au 5 juillet en promotion à 4,99 euros dans les magasins Cora et sur www.corawine.be. Dans cette foire, on a aussi beaucoup aimé la Cuvée d'Or du Château Signac en AOP Côtes-du-Rhône Villages Chusclan (5,45 euros). Enfin, toujours dans la grande distribution, les trois enseignes du groupe Colruyt ont aussi déniché quelques jolies petites choses. Comme le Studio by Miraval, le deuxième vin, plus accessible, des Jolie-Pitt (9,99 euros chez Spar et Colruyt) ou La Rosaline (5,49 euros), un chouette petit rosé élaboré par... Foncalieu. Bon, ce n'est pas du vin rosé. Mais parler des vins d'été sans évoquer l'idée de l'année eût été un vrai crime. Dans les années 1950, Robert-Jean de Vogüé, le patron de Moët & Chandon, entend exporter le savoir-faire de sa maison dans d'autres régions que la Champagne. C'est en 2 CV qu'il ira explorer l'Argentine où la culture viticole est forte et où, dans les bars, on consomme déjà du vin blanc allongé de glaçons et d'eau pétillante. C'est dans la région de Mendoza que les premiers hectares sont plantés et que naît Chandon, la marque qui regroupe les vignobles de Moët & Chandon hors de France. Après l'Argentine suivront le Brésil, la Californie, l'Australie, l'Inde et la Chine. Pour 2.000 hectares en tout. Cette année, Chandon débarque en Europe avec un produit étonnant: le Chandon Garden Spritz. A un mousseux argentin élaboré par la méthode Charmat (cuve fermée) avec du chardonnay, du pinot noir et du sémillon, Ana Paula Bartolucci, la winemaker, rajoute un bitter de sa création pour proposer un spritz tout fait. Il a fallu quatre ans et 64 recettes différentes pour arriver au produit final. Ce bitter est un assemblage secret de composants qui ont macéré séparément dans de l'alcool à 96°: des zestes d'oranges Valencia bios frais, séchés ou cuits au four, de la cardamome, du poivre noir, de la camomille et du quassia. Alors non, ce Garden Spritz n'a pas tout à fait le même goût que le spritz élaboré avec un prosecco et de l'Aperol, mais dieu que c'est bon... Il est en vente aux alentours des 20 euros notamment dans les 13 Comptoir des Vins (www.comptoirdesvins.be).