On le sait, le groupe Engie est en plein revirement stratégique. Il va se concentrer sur la gestion des réseaux, la production d'électricité, en priorité renouvelable, la mobilité et les smart cities. L'ensemble des services énergétiques,...

On le sait, le groupe Engie est en plein revirement stratégique. Il va se concentrer sur la gestion des réseaux, la production d'électricité, en priorité renouvelable, la mobilité et les smart cities. L'ensemble des services énergétiques, regroupé sous le vocable Bright, est mis à l'étalage. En Belgique, ce sont donc 10.000 employés (Axima, Cofely et Fabricom) qui sont concernés. En d'autres termes, Engie Benelux va voir son périmètre se réduire. Sans oublier que la sortie du nucléaire en 2025 avait déjà vu ces activités dirigées vers une autre business unit du groupe. L'avenir d'Engie Benelux au sein de l'organigramme du groupe n'est d'ailleurs pas encore fixé. C'est clairement dans ce contexte qu'il faut appréhender les changements survenus la semaine dernière dans la tour Engie. Philippe Van Troeye va quitter son poste de CEO le 1er mai pour aller diriger Tractebel, la société d'ingénierie du groupe. A sa place vient Thierry Saegeman qui, depuis l'an dernier, dirigeait la business unit couvrant le nucléaire belge. Philippe Van Troeye aura passé 33 années chez Electrabel. Dans le même temps, on a aussi appris le départ de Florence Coppenolle, la directrice de la communication.