Ce n'est peut-être pas un hasard si cette rencontre de deux artistes aux abattoirs rénovés de Namur, s'intitule One + One +. Soit le titre du film (à un + près) réalisé en 1968 par Jean-Luc Godard sur l'esprit révolutionn...

Ce n'est peut-être pas un hasard si cette rencontre de deux artistes aux abattoirs rénovés de Namur, s'intitule One + One +. Soit le titre du film (à un + près) réalisé en 1968 par Jean-Luc Godard sur l'esprit révolutionnaire de l'époque via l'enregistrement du Sympathy For The Devil des Rolling Stones. Il y a quelque chose de radical, quoique non violent, dans la juxtaposition du travail du Belge Marcel Berlanger et du Français Evariste Richer, le point de départ étant leurs deux oeuvres respectives, Le saule et L'avalanche. Si chacun porte évidemment sa propre empreinte plastique, on retrouve chez le Bruxellois comme chez le Montpelliérain des traces d'abstraction et de surréalisme fascinées par l'espace, l'infiniment petit et le démesurément grand. Un double paysage donc, également nourri d'un intérêt pour les sciences, thème au coeur de la rencontre du 16 mars entre les artistes et Daniel Vander Gucht, spécialiste de la sociologie de l'art. Précédant la projection du film de Godard, One + One.Jusqu'au 25 mars aux Abattoirs de Bomel à Namur, www.centrecultureldenamur.be Par Philippe Cornet