En haut de la place Flagey dans une ruelle étroite, il y a la salle bonne franquette du Théâtre Marni, néanmoins légendaire vu que Lou Reed et King Crimson s'y sont produits. A 300 mètres de là, côté étangs, trône le prestigieux immeuble Art déco de Flagey, ses boiseries classées, son acoustique supérieure.
...

En haut de la place Flagey dans une ruelle étroite, il y a la salle bonne franquette du Théâtre Marni, néanmoins légendaire vu que Lou Reed et King Crimson s'y sont produits. A 300 mètres de là, côté étangs, trône le prestigieux immeuble Art déco de Flagey, ses boiseries classées, son acoustique supérieure. Le premier propose son River Jazz Festival, gourmand dans le temps - du 11 au 26 janvier - et décentralisé à la Jazz Station et au Senghor. Il invite des musiciens désormais classiques comme le formidable claviériste Eric Legnini, en trio d'ouverture des festivités, ou AKA Moon le 23 janvier, mais aussi le jeune Antoine Pierre dans sa formation Urbex, augmentée pour l'occasion du gracieux flûtiste Magic Malik, le 25 janvier. Jazz versant impro, le pianiste Yonathan Avishai se produit en trio le 17 janvier à la Jazz Station. Du côté de Flagey - du 10 au 19 janvier -, deux noms se cochent d'emblée : Mulatu Astatke et Lisa Simone. Le concert du premier, père du jazz éthiopien, est déjà complet alors qu'il reste des places pour la prestation de la seconde, le 19 janvier. Lisa est donc la fille de Nina Simone et, lorsqu'on l'a interviewée à l'été 2016 - au Festival de Gouvy -, elle nous a impressionnés non seulement par l'apanage de son héritage familial mais aussi par une prestation faisant honneur à sa célèbre mère. Sinon, le festival de Flagey annonce des sets déjà complets des formidables jeunes flamands de Black Flower comme de la jeune trompettiste de Bahrein, Yazz Ahmed. Reste des soirées vraiment intéressantes. D'abord celle de Chassol presents Ludi ce 11 janvier où le compositeur-performeur martiniquais s'inspire d'une oeuvre de l'Allemand Hermann Hesse, pour une performance musicale secondée par des projections bénéficiant d'animations et d'effets spéciaux. Et puis au rayon belge, il faut voir la jeune Belgo-Ghanéenne Esinam - le 17 janvier - et l'un des meilleurs groupes belges de ces 10 dernières années, à savoir les Flamands survoltés et imaginatifs de Stuff le 18 janvier.